Google+ Badge

samedi 25 juillet 2015

10e édition du Fespam : La fête à format réduit a baissé ses rideaux au Stade Eboué

Photo : Miss Fespam 2015

Le cru 2015 du Fespam (Festival panafricain de musique) appartient, désormais, au passé. Où la relégué la cérémonie qui a eu lieu le soir du mercredi 22 juillet dernier, au Stade Félix Eboué, à Brazzaville. Sous le patronage du représentant du président Denis Sassou-Nguesso, le ministre d’Etat, ministre du travail et de la sécurité sociale, Florent Ntsiba. Qui avait à ses côtés, le ministre de la culture et des arts, par ailleurs président du Comité de direction du Fespam, Jean-Claude Gakosso, la ministre centrafricaine du tourisme, des arts et de la culture, Mauricette Psimhis, et le commissaire général du Fespam, Dieudonné Moyongo.


Après cinq jours de fête, les lampions se sont donc éteints sur l’édition 2015 du Fespam, placée sous le thème: «La dynamique des musiques africaines dans la diversité des expressions culturelles». Et sous le double parrainage du saxophoniste camerounais, Manu Dibango, et de l’ex-ministre de la culture française, Yamina Benguigui, présents à l’ouverture de la fête. 

Patrouille des stars, Association Vocal bantou rénové, Musée d’art (Congo), Os Destroia (Angola), Haïda Talal (Liban), D.J Arafat (Côte d’Ivoire), Koffi Olomidé (RDC), tels sont, entre autres artistes et groupes, qui ont eu le privilège de distiller les ultimes sonorités de l’édition jubilaire du Fespam. Une édition à format réduit, moins longue (5 jours seulement, au lieu de huit lors des précédentes) et moins flamboyante, à cause, notamment de la réduction de son budget de six à trois milliards de F. Cfa. Une résultante de la chute du prix du baril de pétrole, dont pâti énormément l’économie congolaise. La cuvée 2015 du Fespam a été marquée par des spectacles de musique, dans le seul site retenu, cette année: le Stade Félix Eboué, qui n’a pas drainé autant de monde que lors des éditions passées. Où le podium géant dressé a vu  défiler des artistes et groupes aux styles musicaux divers et variés: Aragon (Cuba), Extra Musica, Doudou Copa, Belle Agniélé, Zao, Trésor Mvoula (Congo), Serge Beynaud (Côte d’Ivoire), Wenge Musica Maison Mère, Mbilia Bel, Zaïko Langa Langa, Fabregas (RDC), J. Martin (Nigeria). Pour ne citer que ceux-là.

L’Ivoirienne Hyllen Legre, Miss  Fespam 2015 Outre les spectacles de musique, cette édition a été marquée par le symposium de musique africaine, au palais des congrès, l’exposition des instruments traditionnels de musique africaine, à la Mairie de Brazzaville, le Musaf (Marché de la musique africaine), à l’Ecole de peinture de Poto-Poto, l’excursion à Kinshasa, la visite du Complexe sportif de Kintelé, et l’élection Miss Fespam. Ce concours de beauté a mis en compétition treize candidates, du Bénin, du Burkina Faso, du Burundi, du Cameroun, de la Centrafrique, du Congo-Brazzaville, de la RD Congo, de la Côte-d’Ivoire, du Gabon, de la Guinée Conakry, du Mali, du Rwanda et du Tchad. Il a connu le couronnement de l’Ivoirienne de 23 ans, Hyllen Legre (69 kg et mesurant 1,78m), étudiante en master communication. 

La lauréate 2015 du concours Miss Fespam succède à la Rwandaise Aurore Umutesi Kayibanda, Miss Fespam 2013. Elle a pour première dauphine, la Gabonaise Christine Pitty, âgée de 22 ans, étudiante en première année de droit, et deuxième dauphine, la Guinéenne, Mama Aïsata Diallo, Miss Guinée Conakry, 19 ans, étudiante en première année de sciences et responsable d’une Ong (Organisation non gouvernementale). 
L’un des autres moments forts du Fespam 2015 a été la décoration du président Denis Sassou-Nguesso de la médaille d’or du C.i.m (Conseil international de la musique), par le président de cette institution, Paul Joseph Dujardin. Ceci, pour son soutien au Fespam, depuis sa création. Une grande première.

Le festival à format réduit, rangé dans les tiroirs de l’histoire, rendez-vous est pris en 2017, pour la 11e édition, qui on l’espère, ne fera pas les frais de la chute du prix du baril de pétrole dont a souffert sa devancière. 

Par Jr LesCloches.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire