Google+ Badge

mercredi 30 janvier 2013

Le projet de chemin de fer de Mayoko tient la route

Photo 1 : Les administrateurs devant le site qui abritera l'usine.   Photo 2 : Les explications des géologues.     Photo 3 : Le train de service transportant une partie de l'usine préfabriquée.
La société Exxaro, actionnaire majoritaire dans le projet situé dans le département du Niari, en a fait un constat positif
Les administrateurs de la société Exxaro ont marqué leur accord pour débloquer les fonds en vue de continuer le travail déjà amorcé, afin de respecter les délais du début de l'exploitation expérimentale entre mars et avril.
Les administrateurs du projet l'ont exprimé au cours d'un conseil d'administration tenue à Pointe-Noire les 24 et 25 janvier. Ils ont assuré que le projet ne pouvait pas souffrir d'un manque de financement jusqu'à son démarrage effectif.
Leur satisfecit s'est extériorisé après avoir touché du doigt la réalité. Ils se sont déplacés, par voie aérienne, sur le site du projet. Après la visite de la base vie, la délégation s'est rendue aux endroits où se trouve le minerai de fer très visible à l'œil nu.
Ce projet étant privé, les administrateurs ont voulu s'assurer de l'état d'avancement de celui-ci sur le terrain, avant qu'il ne passe dans sa phase accélérée.
Par ailleurs, la visite des administrateurs du projet a coïncidé avec la réception du train de la société. Le ministre des Mines et de la Géologie, Pierre Oba, l'a inauguré le 23 janvier au CFCO (Chemin de fer Congo-Océan à Pointe-Noire), en présence du président directeur général d'Exxaro, Sipho Nkossi, et des autres administrateurs.

Ce train de service aidera à la réparation de la voie ferrée. Il permettra le transport du fret de Pointe-Noire à Mayoko, et servira également de moyen de transport pour les experts et les travailleurs.
« Nous démontrons, par cette locomotive qui emmènera les équipements, qu'une vie se développe à Mayoko. Nous avons d'autres projets tout au long du chemin de fer. Nous sommes ravis d'investir au Congo ; qui est devenu comme notre seconde patrie. Nous ferons tout ce qui est à notre pouvoir pour développer le projet », a indiqué Sipho Nkossi.
Un planning de travail a été arrêté et la société a décidé d'un seul train de service pour l'instant. Entre temps, DMC-Exxaro a commandé aux États-Unis huit locomotives, dont quatre sont dans un bateau pour Pointe-Noire. Celles-ci serviront au transport du minerai de fer. Elles arriveront pour cette phase d'exploitation expérimentale estimée à 5 millions de tonnes par an.
« Je suis convaincu que l'affaire tient la route. Je me rends compte de l'engagement de la société. J'ai la preuve que je suis en face des partenaires sérieux. Maintenant, il s'agit de mettre en marche cet engin qui va donner une autre tournure au projet », s'est réjoui le ministre Pierre Oba.
Au nombre des engagements, DMC-Exxaro a aussi commandé une grue totalement fabriquée qui sera installée au port de Pointe-Noire, qui chargera le minerai dans les bateaux. À cela s'ajoutent des conteneurs sécurisés qui transporteront le minerai depuis Mayoko jusqu'à Pointe-Noire. En outre, l'usine préfabriquée, qui sert à calibrer le minerai à exploiter, sera assemblée à Mayoko.

« Ce qui compte pour nous, c'est la volonté de commencer et nous allons le faire petit à petit pour arriver en phase de réelle production en 2016. Là, nous aurons fini, validé tous les indicateurs, en terme de transport ferroviaire et maritime. Nous aurons vu toutes les questions liées aux actions commerciales », a expliqué le représentant de la société au Congo, Henri Okemba.
La société utilisera totalement la voie de l'ex Comilog (Mbinda-Mayoko-Mossendjo-Mont Mbelo-Pointe-Noire), ainsi que celle à l'intérieur du port de Pointe-Noire menant à l'aire de stockage du minerai. Ainsi, bénéficiant de cette infrastructure, DMC-Exxaro la réhabilitera pour plus de flexibilité dans le travail, afin de ne pas perturber le trafic actuel.
Par Jrang An@go.                                                              Retrouvez-nous sur Google+

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire