Google+ Badge

samedi 25 juillet 2015

10e édition du Fespam : La fête à format réduit a baissé ses rideaux au Stade Eboué

Photo : Miss Fespam 2015

Le cru 2015 du Fespam (Festival panafricain de musique) appartient, désormais, au passé. Où la relégué la cérémonie qui a eu lieu le soir du mercredi 22 juillet dernier, au Stade Félix Eboué, à Brazzaville. Sous le patronage du représentant du président Denis Sassou-Nguesso, le ministre d’Etat, ministre du travail et de la sécurité sociale, Florent Ntsiba. Qui avait à ses côtés, le ministre de la culture et des arts, par ailleurs président du Comité de direction du Fespam, Jean-Claude Gakosso, la ministre centrafricaine du tourisme, des arts et de la culture, Mauricette Psimhis, et le commissaire général du Fespam, Dieudonné Moyongo.


Après cinq jours de fête, les lampions se sont donc éteints sur l’édition 2015 du Fespam, placée sous le thème: «La dynamique des musiques africaines dans la diversité des expressions culturelles». Et sous le double parrainage du saxophoniste camerounais, Manu Dibango, et de l’ex-ministre de la culture française, Yamina Benguigui, présents à l’ouverture de la fête. 

Patrouille des stars, Association Vocal bantou rénové, Musée d’art (Congo), Os Destroia (Angola), Haïda Talal (Liban), D.J Arafat (Côte d’Ivoire), Koffi Olomidé (RDC), tels sont, entre autres artistes et groupes, qui ont eu le privilège de distiller les ultimes sonorités de l’édition jubilaire du Fespam. Une édition à format réduit, moins longue (5 jours seulement, au lieu de huit lors des précédentes) et moins flamboyante, à cause, notamment de la réduction de son budget de six à trois milliards de F. Cfa. Une résultante de la chute du prix du baril de pétrole, dont pâti énormément l’économie congolaise. La cuvée 2015 du Fespam a été marquée par des spectacles de musique, dans le seul site retenu, cette année: le Stade Félix Eboué, qui n’a pas drainé autant de monde que lors des éditions passées. Où le podium géant dressé a vu  défiler des artistes et groupes aux styles musicaux divers et variés: Aragon (Cuba), Extra Musica, Doudou Copa, Belle Agniélé, Zao, Trésor Mvoula (Congo), Serge Beynaud (Côte d’Ivoire), Wenge Musica Maison Mère, Mbilia Bel, Zaïko Langa Langa, Fabregas (RDC), J. Martin (Nigeria). Pour ne citer que ceux-là.

L’Ivoirienne Hyllen Legre, Miss  Fespam 2015 Outre les spectacles de musique, cette édition a été marquée par le symposium de musique africaine, au palais des congrès, l’exposition des instruments traditionnels de musique africaine, à la Mairie de Brazzaville, le Musaf (Marché de la musique africaine), à l’Ecole de peinture de Poto-Poto, l’excursion à Kinshasa, la visite du Complexe sportif de Kintelé, et l’élection Miss Fespam. Ce concours de beauté a mis en compétition treize candidates, du Bénin, du Burkina Faso, du Burundi, du Cameroun, de la Centrafrique, du Congo-Brazzaville, de la RD Congo, de la Côte-d’Ivoire, du Gabon, de la Guinée Conakry, du Mali, du Rwanda et du Tchad. Il a connu le couronnement de l’Ivoirienne de 23 ans, Hyllen Legre (69 kg et mesurant 1,78m), étudiante en master communication. 

La lauréate 2015 du concours Miss Fespam succède à la Rwandaise Aurore Umutesi Kayibanda, Miss Fespam 2013. Elle a pour première dauphine, la Gabonaise Christine Pitty, âgée de 22 ans, étudiante en première année de droit, et deuxième dauphine, la Guinéenne, Mama Aïsata Diallo, Miss Guinée Conakry, 19 ans, étudiante en première année de sciences et responsable d’une Ong (Organisation non gouvernementale). 
L’un des autres moments forts du Fespam 2015 a été la décoration du président Denis Sassou-Nguesso de la médaille d’or du C.i.m (Conseil international de la musique), par le président de cette institution, Paul Joseph Dujardin. Ceci, pour son soutien au Fespam, depuis sa création. Une grande première.

Le festival à format réduit, rangé dans les tiroirs de l’histoire, rendez-vous est pris en 2017, pour la 11e édition, qui on l’espère, ne fera pas les frais de la chute du prix du baril de pétrole dont a souffert sa devancière. 

Par Jr LesCloches.

vendredi 10 juillet 2015

Congo – France : Denis Sassou-Nguesso reçu par François Hollande à l’Elysée

PhotoLes présidents Hollande et Sassou-Nguesso. (Ph. d’arch.)

Le président de la République, Denis Sassou-Nguesso, a effectué une visite officielle à Paris (France) où il a aura un entretien, mardi 7 juillet 2015, avec son homologue français, François Hollande, au palais de l’Elysée. Il est prévu également une rencontre avec le premier ministre français, Manuel Valls. La dernière visite du président congolais à Paris remonte à janvier 2014.

En dehors des questions de paix et de sécurité dans la sous-région d’Afrique centrale, avec un accent particulier sur la Centrafrique, et de l’environnement avec le sommet de Paris sur le climat, la situation  politique du Congo pourrait occuper une place importante dans l’entretien entre les deux chefs d’Etat.

Le président Denis Sassou-Nguesso s’est rendu à Paris après avoir fixé l’agenda du dialogue national sans exclusive au Congo. Réclamé par la presque totalité de la classe politique et de la société civile, le dialogue aura finalement lieu du lundi 13 au 17 juillet prochain à Sibiti dans la Lékoumou.

Par Jr LesCloches.


mercredi 8 juillet 2015

Ministère de l’aménagement du territoire et de la délégation générale aux grands travaux : Vers l’élaboration des documents d’aménagement du territoire au Congo

Photo de famille

Conception d’une feuille de route, en vue de l’élaboration des documents d’aménagement du territoire. Tel est but du séminaire-atelier organisé, du 23 au 24 juin 2015, au siège de la B.d.e.a.c (Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale), à Brazzaville, par la Direction générale de l’aménagement du territoire.

Ouverts par Benjamin Bantsimba, directeur de cabinet du ministre de l’aménagement du territoire et de la délégation générale aux grands travaux, en présence d’Antoine Ndinga, directeur général de l’aménagement du territoire, Matthiew Steil, représentant du World ressources institute, et du représentant de la Banque mondiale, les travaux de ce séminaire-atelier ont regroupé une trentaine de participants, des cadres de la Direction générale de l’administration du territoire.

La promulgation de la loi d’orientation sur l’aménagement et le développement du territoire, le 10 octobre 2014, a permis de doter le pays des principaux axes d’une nouvelle stratégie de mise en valeur de l’espoir national. Ce texte législatif renferme  des prescriptions devant guider les interventions publiques et privées sur l’ensemble du territoire. Cette loi donne les indications à partir desquelles vont être conçus les documents de base ainsi que les directives, en vue d’une meilleure planification des opérations multisectorielles d’aménagement de toutes les portions du territoire.

Le séminaire-atelier, organisé en partenariat avec la Banque mondiale, l’Usaid (l’agence de coopération américaine), les O.n.gs Carpe et World ressources institute, a pour but d’élaborer, non seulement, de préparer les documents d’aménagement du territoire, tels que déclinés à l’article 41 de ladite loi, mais aussi, de  familiariser les participants avec des objectifs et principes de bonnes pratiques pour une planification de l’aménagement du territoire forte et bien équilibrée; proposer et examiner les éléments principaux d’une feuille de route, en vue de renforcer l’aménagement du territoire; présenter les idées principales pour renforcer la planification sectorielle nationale, la connaissance du territoire, et établir un processus de planification transparent, inclusif et sensible aux parties prenantes.

Par Jr LesCloches.