Google+ Badge

mardi 17 février 2015

Ministère des hydrocarbures : Un accord de partage de production signé avec le groupe contracteur

Photo de famille, après la signature de l'accord.
Le gouvernement, par le bais du ministre des hydrocarbures, André-Raphaël Loemba, et quatre sociétés de groupe contracteur (Société nationale des pétroles du Congo, Perenco, C.m.s Nomeco et Pétro-Congo), ont procédé, mercredi 11 février dernier, au siège du Ministère des hydrocarbures, à Brazzaville, à la signature d’un protocole d’accord pour le passage du régime de concession au régime de contrat de partage de production, dans le permis d’exploitation pétrolière, Yombo-Masseko.
«Nous avons signé des accords dans lesquels il y aura un partage équitable où tout le monde est gagnant», a déclaré le ministre des hydrocarbures.
Dans le régime de concession, en effet, la compagnie d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures est propriétaire des installations, sur une zone donnée. Elle exploite et vend le produit. L’Etat ne bénéficie que des taxes et de la redevance estimée entre 10 et 15%. Une autre partie était suspendue au bénéfice réalisé. Sous ce régime, en réalité, l’Etat ne profitait pas de son patrimoine. 

Mais, avec le contrat de partage de production, la Compagnie exécute le développement des champs, déclare les coûts (dépenses) et le tout est rémunéré en termes de part de pétrole. Ainsi, les accords qui ont été signés vont permettre le prolongement de la vie du permis marine 1, encore appelé Yombo-Masseko, qui était exploité, depuis 1979, sous le régime de concession. «Vous savez, le permis marine 1 a une longue histoire. C’est un permis qui a été attribué, depuis 1979, sous le régime de concession. 

Pour respecter la feuille de route du président de la République, nous avons dû passer du régime de concession au régime de partage de production», a signifié André-Raphaël Loemba. Ce passage, selon le ministre des hydrocarbures, a nécessité un certain nombre de travaux qui ont abouti à la signature d’un protocole d’accord. «Nous respectons, là, les instructions du chef de l’Etat qui veut qu’il n’existe plus de concessions dans notre domaine minier, mais que nous travaillions en régime de partage de production», a-t-il poursuivi.

Notons que dans ce nouveau régime, le partage se fera suivant les accords obtenus, c’est-à-dire il y a, désormais, les parts qui seront réparties suivant un certain pourcentage. En d’autres termes, il y a une part qui revient à l’Etat, d’abord, la redevance minière que le groupe contracteur reverse à l’Etat, ensuite, le reste est reconverti en 100%. Et,  dans ces 100%, «vous retrouvez une part de production qui est affectée au groupe contracteur, pour rembourser l’investissement, et une autre part qui est affectée à l’Etat comme rente. 

Donc, tout cela se discute, pour que le partage se fasse de façon équitable», a conclu le ministre des hydrocarbures.

Par Jr LesCloches.

vendredi 13 février 2015

C.n.c (Commissariat national aux comptes) : Vers la création de l’Ordre national des experts comptables du Congo

Photo : De g à dr : Antonin Moulamou, Aimé Michel Ewolo et M. Tepka.
A l’occasion de la cérémonie de vœux au commissariat national aux comptes, jeudi 5 février 2015, dans la salle de conférences de son siège, à Brazzaville, sous le patronage du commissaire général Aimé Michel Ewolo, le représentant de la commission de la Cemac (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale), M. Tepka, a annoncé la création prochaine de l’Ordre national des experts comptables du Congo.
Parmi les invités, il y avait le sénateur Nyck Filla Saint-Eudes, président de la commission finances du sénat, Antonin Moulamou, conseiller technique du chef de l’Etat.
Dans son discours-bilan, Moïse Loubassou, chef du personnel, a rappelé les activités menées en 2014, particulièrement l’actualisation des statuts du C.n.c, avec l’appui d’une mission de l’Union européenne, dans le cadre de l’harmonisation des champs d’action des différents corps de contrôle au Congo. «Au cours de cette mission d’évaluation, une classification a été faite sur les missions des uns et des autres corps de contrôle; une actualisation a été faite des textes et statuts régissant le C.n.c, car les statuts datent de 1984, alors que nous sommes dans la nouvelle République, depuis l’ère démocratique au Congo, qui a vu son jour en 1992. Il valait la peine de redimensionner les statuts du C.n.c à la nouvelle donne», a-t-il déclaré.

Pour sa part, le commissaire général Aimé Michel Ewolo, qui s’est réjoui de la nécessité de former les cadres de la structure qu’il dirige, a rappelé les dispositions de la loi 13/81 du 14 mars 1981 et du décret 84/726 du 27 juillet 1984 portant statut, organisation et fonctionnement du C.n.c, en son article 95, les missions dévolues au C.n.c par le gouvernement. Il en a énuméré trois: les inventaires (Caisse, stocks, immobilisations corporelles qui consistent en l’évaluation du patrimoine des entreprises; le contrôle interne, le contrôle et l’évaluation des procédures d’organisation mises en place en vue de la sauvegarde du patrimoine; l’audit des états financiers ou le contrôle des comptes qui aboutit à la certification des comptes, à l’opinion avec réserve ou refus de certification après une analyse détaillée et approfondie de ces comptes. 

Dans ce cadre, le C.n.c a effectué des missions spécifiques à la C.n.s.s, la S.n.e, la Soprim (Société de promotion immobilière, ex-Soprogi) et au C.f.c.o. Concernant la formation, il a rappelé que le personnel technique a bénéficié d’un séminaire animé par les experts d’un cabinet comptable camerounais. Au titre de la formation spécialisée diplômante, trois agents du C.n.c, admis au concours Cesag, préparent les diplômes d’audit et contre-audit, à Dakar (Sénégal). Au titre de l’agrément comme experts comptables Cemac, le C.n.c a présenté 13 candidats, dont 11 ont été reçus, soit un taux de réussite de 85%.

Prodiguant les conseils aux cadres et travailleurs du C.n.c, le représentant de la commission Cemac a indiqué: «La comptabilité, c’est une arme. Mais, il ne faudrait pas qu’elle devienne une arme pour la destruction de nos économies. Je voudrais vous dire par là, quand vous allez faire votre travail sur le terrain d’audit de comptes, faites-le en âme et conscience. N’allez pas traficoter les comptes, pour que les résultats qui sont donnés à nos autorités ne soient pas des résultats voilés ou des résultats qui ne reflètent pas la réalité».  Il a, en outre, rappelé que sous d’autres cieux, il a vu des experts comptables aller en prison. «Je ne le souhaite pas pour vous. 

Faisons le travail avec abnégation et conscience. Je me réjouis également, puisque la prochaine étape qui va suivre, c’est la mise en place de l’Ordre national des experts comptables du Congo. Le gouvernement a déjà pris un texte dans ce sens-là, une loi a été votée, ici au Congo. Maintenant, c’est vous qui allez constituer l’ossature de cet ordre-là», a-t-il indiqué.

Par Jr LesCloches
                                                            
  

C.n.c (Commissariat national aux comptes) : Vers la création de l’Ordre national des experts comptables du Congo

Photo : De g à dr : Antonin Moulamou, Aimé Michel Ewolo et M. Tepka.
A l’occasion de la cérémonie de vœux au commissariat national aux comptes, jeudi 5 février 2015, dans la salle de conférences de son siège, à Brazzaville, sous le patronage du commissaire général Aimé Michel Ewolo, le représentant de la commission de la Cemac (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale), M. Tepka, a annoncé la création prochaine de l’Ordre national des experts comptables du Congo.
Parmi les invités, il y avait le sénateur Nyck Filla Saint-Eudes, président de la commission finances du sénat, Antonin Moulamou, conseiller technique du chef de l’Etat.
Dans son discours-bilan, Moïse Loubassou, chef du personnel, a rappelé les activités menées en 2014, particulièrement l’actualisation des statuts du C.n.c, avec l’appui d’une mission de l’Union européenne, dans le cadre de l’harmonisation des champs d’action des différents corps de contrôle au Congo. «Au cours de cette mission d’évaluation, une classification a été faite sur les missions des uns et des autres corps de contrôle; une actualisation a été faite des textes et statuts régissant le C.n.c, car les statuts datent de 1984, alors que nous sommes dans la nouvelle République, depuis l’ère démocratique au Congo, qui a vu son jour en 1992. Il valait la peine de redimensionner les statuts du C.n.c à la nouvelle donne», a-t-il déclaré.

Pour sa part, le commissaire général Aimé Michel Ewolo, qui s’est réjoui de la nécessité de former les cadres de la structure qu’il dirige, a rappelé les dispositions de la loi 13/81 du 14 mars 1981 et du décret 84/726 du 27 juillet 1984 portant statut, organisation et fonctionnement du C.n.c, en son article 95, les missions dévolues au C.n.c par le gouvernement. Il en a énuméré trois: les inventaires (Caisse, stocks, immobilisations corporelles qui consistent en l’évaluation du patrimoine des entreprises; le contrôle interne, le contrôle et l’évaluation des procédures d’organisation mises en place en vue de la sauvegarde du patrimoine; l’audit des états financiers ou le contrôle des comptes qui aboutit à la certification des comptes, à l’opinion avec réserve ou refus de certification après une analyse détaillée et approfondie de ces comptes. 

Dans ce cadre, le C.n.c a effectué des missions spécifiques à la C.n.s.s, la S.n.e, la Soprim (Société de promotion immobilière, ex-Soprogi) et au C.f.c.o. Concernant la formation, il a rappelé que le personnel technique a bénéficié d’un séminaire animé par les experts d’un cabinet comptable camerounais. Au titre de la formation spécialisée diplômante, trois agents du C.n.c, admis au concours Cesag, préparent les diplômes d’audit et contre-audit, à Dakar (Sénégal). Au titre de l’agrément comme experts comptables Cemac, le C.n.c a présenté 13 candidats, dont 11 ont été reçus, soit un taux de réussite de 85%.

Prodiguant les conseils aux cadres et travailleurs du C.n.c, le représentant de la commission Cemac a indiqué: «La comptabilité, c’est une arme. Mais, il ne faudrait pas qu’elle devienne une arme pour la destruction de nos économies. Je voudrais vous dire par là, quand vous allez faire votre travail sur le terrain d’audit de comptes, faites-le en âme et conscience. N’allez pas traficoter les comptes, pour que les résultats qui sont donnés à nos autorités ne soient pas des résultats voilés ou des résultats qui ne reflètent pas la réalité».  Il a, en outre, rappelé que sous d’autres cieux, il a vu des experts comptables aller en prison. «Je ne le souhaite pas pour vous. 

Faisons le travail avec abnégation et conscience. Je me réjouis également, puisque la prochaine étape qui va suivre, c’est la mise en place de l’Ordre national des experts comptables du Congo. Le gouvernement a déjà pris un texte dans ce sens-là, une loi a été votée, ici au Congo. Maintenant, c’est vous qui allez constituer l’ossature de cet ordre-là», a-t-il indiqué.

Par Jr LesCloches
                                                   
   

mardi 10 février 2015

Ministère de la santé et de la population : Des correctifs, dans la construction des hôpitaux généraux

Photo de circonstance 

Dans le cadre du suivi des chantiers relavant de son département ministériel en cours d’exécution à Brazzaville, François Ibovi, ministre de la santé et de la population, a visité, jeudi 22 janvier 2015, les travaux de construction de l’hôpital général, à Nkombo, dans le 9ème arrondissement, Djiri. Sur l’ensemble du chantier, le ministre s’est dit satisfait de l’avancement des travaux. «Avec vos suggestions, on va revoir notre plan.

Nous allons faire une proposition que nous allons soumettre à votre approbation», a rétorqué Mario Lopes, directeur des opérations du site, en présence de Joao Lavigne, chef de chantier.
Implanté derrière le C.n.r.t.v (Centre national de radio et télévision), l’hôpital général en construction dans cette partie Nord de la ville, précisément au quartier Kombo, est un chantier exécuté par l’entreprise brésilienne Asperbras. A l’heure actuelle, les dalles et l’élévation des murs sont finies, les structures hydro-électriques presque installées. D’où la satisfaction du ministre François Ibovi.

Néanmoins, il a exprimé quelques corrections, afin de la ramener aux normes et standards arrêtées par son département. «Nous avons mis en place au Ministère de la santé et de la population, une direction générale des infrastructures, de l’équipement et de la maintenance qui a la responsabilité d’établir les normes en infrastructures, équipements et en personnel. Ce travail étant très avancé, des normes sont établies. Dans un cadre prévisionnel, en attendant l’adoption du texte, nous sommes venus corriger certaines erreurs pour éviter demain de venir casser. C’est un  réaménagement technique qui est nécessaire et qui devrait permettre que les hôpitaux généraux soient, dès le départ, totalement en norme», a précisé le ministre de la santé. Celui-ci a laissé entendre que ce correctif se fera dans tous les hôpitaux généraux en construction dans les 12 départements du pays, d’autant plus qu’il s’agit d’un même type de plan.

Il sied de noter que ces modifications portent sur le déplacement de la morgue, la construction d’une salle de conférence et des bureaux du directeur et des chefs de service. «On ne va pas voir la morgue côtoyer en permanence les malades et les accompagnants. C’est quand même un lieu triste. Ça devrait être un peu plus en retrait», a fait savoir le ministre.

François Ibovi a estimé que ce sont des problèmes techniques qui ne peuvent pas être réglés verbalement. «Ce que nous voulons, c’est l’accord de principe, c’est-à-dire l’opportunité de rattraper un certain nombre de choses, pour ne pas avoir à recommencer. Toute construction sanitaire que l’on devra réaliser sur le territoire congolais devra obéir à ces normes».

Il a fait part de sa volonté d’augmenter le nombre des logements des médecins de 10 à plus de 200. «En vertu de l’accord que nous avons avec le gouvernement cubain, il sera envoyé 192 personnels de santé au Congo. Nous ne pouvons pas les loger dans les 10 logements. Nous souhaitons que ça soit revue à la hausse, parce qu’il y a le personnel congolais qu’il faudra aussi loger. Il faut amener ce chiffre à plus de 200 logements. Cela a une incidence financière, mais ça vaut le prix», a expliqué François Ibovi. 

Au sujet de la radiation de l’antenne du centre émetteur située non loin de l’hôpital en construction, il a rassuré la population: «S’il avait été établi une quelconque radiation, on n’aurait pas autorisé la population à occuper les lieux. Il faudrait que cette spéculation cesse», a-t-il dit. 

Par Jr LesCloches 

Maison militaire de la présidence de la République : La sécurité des Onzièmes Jeux africains à Brazzaville au cœur de l’action


Photo : Vice-amiral Pierre Gombé
Répondant aux instructions du président de la République, lors du réveillon d’armes, le 31 décembre 2014, la maison militaire de la présidence de la République a mis au cœur de ses préoccupations, pour l’année 2015, entre autres, la sécurisation des Onzièmes jeux africains prévus à Brazzaville, en septembre prochain. C’est ce qui ressort de l’allocution du colonel Ignace Ibara, directeur de cabinet du vice-amiral Gombé, chef de la maison militaire de la présidence de la République, lors de la cérémonie de vœux et de repas de corps, jeudi 29 janvier 2015, à Brazzaville.

C’était sous le patronage du vice-amiral Pierre Gombé, qui, à cette occasion, a invité les personnels évoluant dans les 22 structures de la Maison militaire, à «plus d’ardeur au travail et de discipline».
Dans son allocution, en effet, le vice-amiral Pierre Gombé a rappelé, à chaque agent, qu’il a un rôle important à jouer dans la structure.  «J’apprécie, à juste titre d’ail-leurs, votre collaboration, votre esprit de coopération, votre disponibilité à servir. Cela facilite notre action commune au service de la République. Oui, je veux rappeler à chacun que, dans cette structure, il est absolument utile. Du plus petit au plus grand, du plus jeune au plus âgé, du plus sachant à celui qui arrive aujourd’hui, nous avons un rôle à jouer, chacun en ce qui le concerne. C’est pourquoi nous devons resserrer nos rangs, travailler la main dans la main, reconnaître, avant tout, que, peu importe sa place, son rang ou autres considérations, le rôle joué par chacun est d’une grande importance et qu’il faille le considérer comme tel. C’est à ce prix que nous réussirons, ensemble, l’accomplissement de nos missions, combien délicates», a-t-il déclaré. 
Le vice-amiral Gombé a aussi congratulé ses collaborateurs, pour l’initiative du repas de corps et de vœux, qui permet de consolider les liens de fraternité au sein de la Maison militaire, tout en rendant hommage au chef de l’Etat: «Vous avez donné le meilleur de vous-même, pour organiser cette cérémonie qui me touche au plus profond de moi-même. Cet honneur ne revient pas à moi seul, mais à toute la Maison militaire et, surtout, au chef de l’Etat qui m’a fait confiance, celle d’être à la tête de cette grande structure. Je dois surtout dire merci au président de la République, Son Excellence Denis Sassou-Nguesso, chef de l’Etat, chef suprême des armées, pour la confiance renouvelée, depuis près de dix-huit années que nous sommes à la tête de la Maison militaire. La confiance ne s’arrache pas, la confiance ne se négocie pas; elle se mérite. Pour cela, je voudrais, au nom de tout le personnel de la Maison militaire, lui témoigner toute ma gratitude et ma reconnaissance». Il a annoncé qu’au mois de novembre 2015, la Maison militaire va célébrer le 18ème anniversaire de son commandement.
Dressant le bilan des actions menées, l’an dernier, le colonel Ignace Ibara, directeur de cabinet du chef de la Maison militaire, a réaffirmé l’engagement des personnels à traduire dans les faits les orientations du président de la République, chef suprême des armées, lors du réveillon d’armes du 31 décembre 2014. Ces orientations consistent notamment à poursuivre le travail de modernisation, d’organisation et d’équipement de la Force publique; accentuer le travail d’éducation, de formation et, surtout, de formation morale de la Force publique; assurer la montée en puissance de la Force publique par le recrutement des jeunes gens; protéger le Congo, le peuple et lui assurer la paix, la sécurité et la stabilité, face aux menaces de tous genres; assurer la sécurité des Onzièmes Jeux africains prévus en septembre 2015, à Brazzaville. Il a  précisé que les efforts consentis par tous les personnels, en 2014, ont été couronnés de succès.

Alain Patrick MASSAMBA