Google+ Badge

mardi 4 septembre 2012

Commercialisation des produits hydrocarbures : les commerçants tenus au respect de la réglementation en vigueur

Photo : Bahamboula Robrecht Farrel devant son dépôt.                        Retrouvez-nous sur Google+
Les tenanciers de plusieurs dépôts de gaz butane ne respectent pas strictement les mesures de sécurité alors que les produits sont inflammables. Pour ce faire, la hiérarchie les a rappelés à l'ordre. Les Dépêches de Brazzavilleont rencontré l'un des revendeurs qui a expliqué comment les choses se passent à leur niveau
En vue de continuer à réglementer le secteur de l'aval pétrolier, le ministre des Hydrocarbures, André Raphaël Loemba, a dans la note circulaire n° 836 du 4 juin 2012, rappelé que conformément aux dispositions de l'article 2 de la loi n° 31-2006 du 12 octobre 2006 portant création de l'organe de régulation du secteur de l'aval pétrolier et de la loi n° 6-2001 du 19 octobre 2001 organisant les activités de raffinage, d'importation, d'exportation, de transit, de réexportation, de distribution et de commercialisation des hydrocarbures et des produits dérivés des hydrocarbures, les missions de contrôle et de veille de l'agence de régulation de l'aval pétrolier doivent s'exercer sur tout opérateur.
Il a ainsi demandé à tous de faciliter l'exécution des missions de l'Agence de régulation de l'aval pétrolier (Arap) qui doivent s'effectuer à partir des inspections périodiques ou permanentes. Et surtout de mettre à la disposition de l'Arap toutes les informations nécessaires à la réalisation de ses missions afin de favoriser l'exécution de celles-ci. Tenant au strict respect des présentes instructions, il a martelé que tout refus de se conformer aux présentes instructions exposait les contrevenants aux sanctions prévues par la règlementation en vigueur.
C'est dans ce contexte que l'Arap a relancé au début du mois d'août le contrôle en ce qui concerne les conditions de conservation des produits pétroliers, conformément à ses missions. Dans ce même registre, Gaston Eyené, directeur technique et commercial de la société congolaise des gaz de pétrole liquéfiés (GPLSA), a dans une circulaire 235 du 20 août 2012 invité tous les revendeurs dont le matériel de lutte contre incendie pose problème de bien vouloir y remédier dans les meilleurs délais sous peine d'infractions pour non-respect de la réglementation en vigueur.
Les quelques manquements décelés sur le matériel incendie dans différents points de vente se résument par la quantité insuffisante de leurs extincteurs (qui doivent être au moins deux) ; l'existence dans certains points de vente d'extincteurs non conformes, car il est exigé pour le gaz l'utilisation d'extincteurs de 9 kg à poudre ABC ; le dépassement observé de la validité des extincteurs (ce renouvellement du changement de poudre doit se faire chaque année). Pour ce faire, il a suggéré aux revendeurs qui ne garantissent pas toutes les mesures de sécurité de bien vouloir contacter les sociétés ci-après pour l'acquisition et le renouvellement de leurs extincteurs : Sneb, Securitz et Aspic Technologies.
Pour savoir comment les revendeurs tiennent leurs dépôts de gaz butane, Les Dépêches de Brazzaville, qui ont visité quelques-uns de ces dépôts, ont rencontré Bahamboula Robrecht Farrel, le plus jeune des revendeurs, mais riche d'une expérience de plus d'une dizaine d'années dans cette activité lucrative, mais à risque. Agréé par la GPLSA en 2006 par la note n° 181/GPL/ADD/ECL-6 du 25 avril 2006 fixant la nouvelle procédure d'autorisation d'un point de vente, Bahamboula Robrecht Farrel, dit « Gafée Gaz Mokondzi », exerce cette activité depuis 1998, soit huit ans avant son agrément.
L'homme trouve que la vente de gaz butane correspond à son profil, a-t-il expliqué aux Dépêches de Brazzaville, tout en rappelant le circuit d'achat de ses produits auprès de la GPLSA. « Tous les revendeurs agréés par la GPLSA font la commande auprès de cette société afin qu'elle livre la marchandise. Une fois que nous avons la marchandise, nous la revendons aux usagers. Mes commandes varient entre 200 et 300 bouteilles par semaine. La marge bénéficiaire a été fixée par la GPLSA en accord avec la chambre de commerce. La bouteille de 25 kg est vendue 12 500 FCFA, de 20 kg 9 000 et celle de 12 kg  4 500 FCFA. La GPLSA nous autorise aussi à vendre des consignes, c'est-à-dire la bouteille plus le gaz à l'intérieur. Ces bouteilles sont vendues 25 500 FCFA pour une bouteille de 12 kg et 39 000 FCFA pour une bouteille de 20 kg. Nous sommes constitués en association de revendeurs, dont je suis le plus jeune. »
Par ailleurs, avant de donner l'agrément et surtout de livrer la marchandise pour la première fois aux revendeurs, la GPLSA fixe des mesures de sécurité pour ces derniers, ainsi que les conditions de conservation (le local où sont abritées les bouteilles), l'aération, l'obligation d'avoir des extincteurs, l'emplacement des emballages vides et chargés...
Cliquez pour plus d'informations!
En ce qui concerne la sécurité des clients, la GPLSA a pris des mesures telles que l'état de la bouteille est vérifié avant d'être mis à la disposition des revendeurs. Gafée, quant à lui, fait un second contrôle au moment de la vente du produit aux clients : « L'expérience montre que la bouteille vérifiée par la GPLSA, ce qui peut provoquer une fuite de gaz.. Après vérification nous posons un autocollant pour signifier que la bouteille a été vérifiée. Cela nous permet de vérifier la date de vente de la bouteille et voir si la charge correspond au temps d'utilisation. Si le client se plaint, nous entamons la procédure de vérification de son équipement, à savoir le tuyau, le détendeur et le réchaud, pour voir s'il n'y a pas eu de fuite. »
En cas de défaut, Gafée a l'obligation de changer l'équipement, a-t-il précisé :« Une fois que nous avons pris toutes ces mesures, nous conseillons à nos clients d'avoir un extincteur chez eux, parce que ces produits hydrocarbures sont des produits inflammables. Nous donnons à nos clients des notices d'utilisation du gaz butane. Les clients apprécient notre manière de faire et la gratuité de nos conseils, notre but n'étant pas seulement de vendre le produit, mais aussi de sécuriser nos clients, la sécurité de nos clients est notre priorité. »
S'agissant de la sécurité de son dépôt, Gafée, qui tient à moderniser son dépôt, déclare avoir pris toutes les mesures de sécurité. Il s'agit par exemple d'éviter les étincelles. Il a profité également de l'occasion qui lui a été offerte de rappeler à ses collègues propriétaires de dépôts de ne pas les électrifier, car le danger vient des courts-circuits, tout comme il n'est pas bon de partager les murs mitoyens avec les usagers. Enfin il a demandé à l'Arap d'étudier comment élargir le champ de sensibilisation aux usagers qui utilisent en permanence le gaz. Car de nombreux risques sont observés dans les maisons des usagers.
Baka Grâce, l'une des clientes que nous avons rencontrées, venue acheter une bouteille de 12 kg, s'est dite satisfaite des services de ce dépôt, qui non seulement vend des bouteilles, mais prodigue aussi des conseils : « Je demande aux autres revendeurs de respecter non seulement les clients, mais aussi de les conseiller au besoin. »
  Commencez Maintenant à Vraiment Gagner de l'Argent !

Par Jrang An@go.                                                                                 Mes Quiz Cliquez ici
Cliquez pour plus d'informations!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire