Google+ Badge

mardi 6 août 2013

Université Marien Ngouabi : 34 enseignants-chercheurs promus à la 35ème session du Cames

Photo de famille des promus avec le recteur.

Il s’est tenu, du 15 au 23 juillet 2013, à N’Djamena, au Tchad, la 35ème session des C.c.i (Comités consultatifs interafricains) du Cames (Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur). A cet effet, 34 enseignants-chercheurs de l’Université Marien Ngouabi ont été promus aux grades supérieurs. La cérémonie relative à la présentation et congratulation des heureux promus s’est déroulée, mercredi 31 juillet dernier, dans les jardins du rectorat de ladite université, à Brazzaville, sous l’égide du recteur, le Pr Armand Moyikoua.

En somme, l’Université Marien Ngouabi a enregistré, cette année, parmi son personnel enseignant, 4 nouveaux professeurs titulaires, 13 maîtres de conférences, et 17 maîtres-assistants. Ainsi, 81% d’inscrits dans les différents grades sont en légère hausse par rapport à l’année dernière, 78%. Selon le Pr Moyikoua, globalement,  le nombre de dossiers soumis n’était que de 42, contre 52, précédemment.

Mais au-delà, le recteur de l’Université Marien Ngouabi s’est dit satisfait de l’adhésion totale des enseignants-chercheurs aux programmes du Cames, qui leur procurent, personnellement, des avantages indéniables, tant dans leurs carrières que dans leurs rémunérations. «J’encourage les enseignants à déployer encore plus d’efforts dans leurs travaux de recherche, pour assurer leur promotion scientifique. Celle-ci doit s’effectuer selon les règles académiques», a-t-il déclaré.

En raison du nombre d’échecs élevés, notamment au concours d’agrégation en sciences juridiques, politiques, économiques et de gestion, une des recommandations du dernier Comité consultatif général du Cames a été que tous les dossiers d’inscription sur les différentes listes d’aptitudes aux C.c.i du Cames, ainsi que ceux des concours d’agrégation, soient validés par une commission, qu’elle soit d’établissement ou d’université. «Dorénavant, aucun dossier ne sera  transmis au recteur, s’il n’a pas reçu l’avis favorable du conseil scientifique de l’établissement»,  a-t-il rappelé, comme il l’avait annoncé lors de la cérémonie de 2012 et le recteur a exhorté les chefs d’établissements à s’impliquer davantage dans la promotion de leurs enseignants, afin de toujours améliorer et diversifier les offres de formation.

A l’endroit de ceux qui, pour diverses raisons, n’ont pu être récompensés, il les a exhortés à redoubler de courage et de persévérance dans l’effort. «Vous ne devez et  ne pouvez-vous arrêter au milieu du chemin. Je sais compter sur vous pour étoffer le nombre d’enseignants promus par le Cames, notamment de rang A qui contribuent à la crédibilité et à la visibilité internationale des universités».

Par ailleurs, le recteur a invité les enseignants-chercheurs à travailler en équipes, mieux encore en réseaux internationaux, afin de bénéficier des appuis nécessaires et annoncé la signature, depuis quelques jours, par le président de la République, du décret portant réorganisation de l’Université Marien Ngouabi. Ce texte prévoit la création d’un vice-rectorat, chargé de la recherche et de la coopération, qui devrait contribuer à booster ces domaines.

Signalons qu’à la rentrée académique 2013-2014, l’Université Marien Ngouabi aura comme challenge, l’organisation du 16ème concours d’agrégation en sciences juridiques, politiques, économiques et de gestion, du 11 au 20 novembre 2013. Forts des leçons tirées du 15ème concours tenu à Abidjan en 2011, des dispositions particulières sont prises pour la préparation des candidats à ces épreuves et, évidemment, l’organisation du concours.

Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire