Google+ Badge

jeudi 26 juin 2014

53ème anniversaire des Forces armées congolaises et de la gendarmerie nationale : Charles-Richard Mondjo a rendu hommage aux soldats congolais morts et blessés en Centrafrique

Photo : Les ministres Mondjo et Mboulou (au milieu) avec les généraux Okoï, Moigny et Ndengué.

Les F.ac (Forces armées congolaises) et la gendarmerie nationale ont célébré, avec faste, dimanche 22 juin 2014, le 53ème anniversaire de leur création, sous le thème: «La discipline, la morale et l’éthique, pour une défense au service de la nation». De nombreuses activités ont été organisées, à Brazzaville, en présence du ministre Charles-Richard Mondjo, du général de division Guy-Blanchard Okoï, chef d’Etat-major général des F.a.c, du général de brigade Paul Victor Moigny, commandant de la gendarmerie nationale, des membres du conseil de commandement de la police, des membres du commandement militaire, des attachés de défense accrédités au Congo, ainsi que d’autres personnalités civiles et militaires…  

Le clou des activités du 53ème anniversaire a été la parade qui a réuni les militaires de la garnison de Brazzaville et les policiers, à l’esplanade du Stade Président Alphonse Massamba-Débat, devant le ministre à la présidence, chargé de la défense nationale, Charles Richard Mondjo, et le ministre de l’intérieur et de la décentralisation, Raymond Zéphirin Mboulou, le commandement militaire et celui de la police. Dans l’assistance, il y avait des officiers généraux et supérieurs en fonction et à la retraite.

L’autre fait marquant de cet anniversaire, c’est le message prononcé, la veille, par le ministre Charles Richard Mondjo, dans lequel il a rappelé le sens de l’événement et salué le travail abattu par «nos vaillants soldats déployés sur l’étendue du territoire national», et qui «assurent, avec détermination, la défense du pays, veillant à préserver, jour et nuit, l’intégrité de notre territoire».

Par ailleurs, il a rendu hommage aux treize soldats congolais morts en mission commandée en Centrafrique et aux blessés. De même, il a salué l’action positive qu’entreprend le contingent congolais dans ce pays frère, aux côtés d’autres forces: «Au-delà de cette posture qui consiste à veiller à la souveraineté de notre pays et à son intégrité territoriale, vos missions s’élargissent, de nos jours, à la participation de notre pays aux opérations de maintien de la paix et de défense de la légalité internationale. Cette action, combinée à celle des contingents européens, vise à mettre fin à la guerre fratricide dans ce pays, donnant ainsi une parfaite illustration de la solidarité africaine et internationale agissantes.

La commémoration de ce 22 juin est donc, pour nous, le moment indiqué pour rendre hommage à nos soldats. Cette année encore, ils sont allés au bout de leur engagement. Treize d’entre eux ont consenti le sacrifice suprême en service commandé sur un théâtre d’opération. M’inclinant, une fois de plus, devant leurs mémoires, j’exprime tout à la fois l’émotion, l’admiration et la gratitude de la nation envers ces hommes qui ont fait don de leur vie aussi bien à la nation congolaise qu’à l’Afrique prise globalement. Leur sacrifice nous rappelle le sens de l’engagement militaire, la grandeur du choix de servir la patrie, d’accomplir la mission au péril de sa vie. Je n’oublie pas les blessés qui, malgré tout, portent, chaque jour qui passe, un témoignage d’espérance pour le retour à une vie normale», a-t-il affirmé.

De nombreuses activités ont aussi été organisées, pour donner un cachet particulier à l’événement: une messe d’action de grâces a été célébrée, à la Cathédrale Sacré-Cœur; les ministres Mondjo et Mboulou ont déposé, le 21 juin, journée du souvenir, des gerbes de fleurs au monument aux morts de la force publique, des journées portes ouvertes ont été organisées à l’Ecole de génie travaux, à la marine nationale et dans d’autres structures militaires, des actions de santé, à l’hôpital de campagne des F.a.c déployé au Stade D’Ornano, etc. A cela, il faut ajouter, des activités sportives (parcours d’obstacles, marche commando et tir, cross de 10 km en version féminine et masculine et ballon militaire).

Toutes ces activités ont eu pour point de chute l’Ecole de la gendarmerie nationale et les vainqueurs ainsi que leurs poursuivants ont reçu des prix divers.

Par Jrang An@go

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire