Google+ Badge

vendredi 10 février 2012

Enseignement supérieur : le gouvernement présente le projet de l'université « de pointe » de Kintélé

Photo : Une maquette de l'université de Kintélé.     


Le ministère de l'Enseignement supérieur et la société d'étude Unicon Congo ont édifié différentes sensibilités, réunies jeudi à la Délégation générale des grands travaux, sur les caractéristiques techniques et l'orientation stratégique de cette université dont la construction débutera au mois d'avril

L'université de Kintélé, a été présentée par le ministre de tutelle, Ange Antoine Abena, comme un pilier important de la modernisation du Congo, telle qu'envisagée par le président Denis Sassou N'Guesso. « Il est conçu selon une approche anglo-saxonne », ajoutait le professeur Théophile Obenga, l'un des concepteurs du projet. Située entre la route nationale 2 et le fleuve Congo dans la banlieue nord de Brazzaville, le projet prévoit l'érection d'une grande cité, exclusivement tournée vers la formation des cadres compétents et responsables, aptes à travailler dans ce monde globalisé.
 
Les travaux seront exécutés en deux phases. Au terme de la première étape programmée jusqu'à la fin de l'année 2015, les établissements qui devraient être construits sont : une école supérieure de télécommunication ; un institut supérieur d'éducation ; une faculté des sciences et techniques ; une école des mines, de l'hydraulique et de l'énergie ; une école supérieure de bâtiment et travaux publics ; une école supérieure polytechnique ; une école supérieure des sciences et techniques de la communication, un institut des sciences et techniques appliquées, puis un institut supérieur des sports et d'éducation physique.

La deuxième phase devrait quant à elle poursuivre l'extension du complexe, avec entre autres, l'érection d'une faculté du pétrole, une faculté des lettres, arts et sciences, etc. Un musée de la culture et de l'histoire et un observatoire astrophysique sont également prévus dans le cadre du projet. « Un stade, une piscine olympique, un gymnase, un centre de loisirs, un centre commercial, une crèche et un hôtel universitaire, ainsi que des résidences d'étudiants et d'enseignants et un amphithéâtre de 2 000 places seront également construits dès la première phase du projet », a ajouté le directeur général de la société Unicon Congo, chargée de l'étude et du suivi des travaux de cette cité universitaire.

Conçue pour jouer les premiers rôles

Le professeur Théophile Obenga, représentant personnel du président de la République et père de ce projet d'une université de pointe au Congo, a quant à lui insisté sur l'orientation stratégique de celle-ci. « Le plus important, a-t-il indiqué, ce ne sont pas les bâtiments, mais surtout l'orientation qu'on donne. Nous voulons faire de cet espace une université de pointe en Afrique centrale. Elle devra être un lieu de l'excellence et de la perfection, aussi bien au niveau des étudiants que des enseignants, afin que notre pays ait ses propres cadres compétents et responsables. »

Selon Théophile Obenga, en effet, l'université de Kintélé devra favoriser « l'osmose » intellectuelle des cadres de demain par la diversité de disciplines enseignées et l'ouverture des enseignements et des discussions à tous ceux qui la fréquenteront. « Il ne suffit pas d'être compétent, il faut être cultivé. C'est la vocation de cette université : former des cadres cultivés, éduqués et instruits, capables de donner et de défendre des points de vue sur les problèmes de l'humanité. On n'a plus besoin de ces techniciens qui, en dehors de leur domaine, sont complètement perdus », a renchéri l'égyptologue congolais.
 
Tout comme le ministre Ange Antoine Abéna, il a insisté sur l'intérêt de préparer les ressources humaines à la hauteur des exigences techniques, scientifiques, administratives et de recherche de cette université. « Il faut des ressources humaines hautement qualifiées ; c'est ainsi que le gouvernement veut impliquer notre diaspora dans ces projets à travers une action d'identification menée par le ministère des Affaires étrangères », a renchéri le ministre de l'Enseignement supérieur.

Théophile Obenga a par ailleurs informé l'assistance sur le projet de modernisation de l'actuelle université Marien-Ngouabi et sur la construction projetée de pôles universitaires adaptés aux potentialités des départements du pays. Dans cette perspective, une école polytechnique prévue à Pointe-Noire, au sud, formera aux métiers de la mer, du pétrole et de l'environnement ; alors qu'une école supérieure de la forêt est préconisée à Ouesso, dans la partie nord du pays.

                              Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire