Google+ Badge

samedi 26 octobre 2013

Ministère de la construction, de l’urbanisme et de l’habitat : Claude Alphonse N’Silou a visité les logements en construction à Kinkala

Photo : Le ministre N’Silou (au milieu), pendant la visite du chantier.

Le ministre de la construction, de l’urbanisme et de l’habitat a visité, mercredi 23 octobre 2013, le programme de construction de logements du quartier Mbanza-Nkadi, à Kinkala, chef-lieu du département du Pool. Accueilli par le préfet, Jean-Michel Shanga, le ministre N’Silou a visité le programme immobilier en compagnie des autorités locales, notamment l’administrateur-maire, Anne-Marie Bernardine Malonga, le président du conseil départemental, Fidèle Kandza, le sous-préfet Kitsadi, Joseph Kitsadi, le commandant de zone, le colonel Alain Koubemba-Bantsimba, les autres autorités locales et les chefs de quartiers et de villages. Au total, 40 bâtiments, dont certains en état d’achèvement, sont déjà construits dans ce programme, pour 67 logements qui seront disponibles, à partir de quelques semaines. 

Lancé quelques mois avant le 15 août 2012, dans le cadre de la municipalisation accélérée du département du Pool, le programme immobilier de Kinkala a pris corps. C’est un quartier moderne qui est sorti de terre, tel qu’on ne pouvait l’imaginer dans une localité ayant souffert intensément des affres des violences armées, au début des années 2000. 

Le ministre N’Silou s’est fait expliquer les travaux par Florent Zinga, délégué des grands travaux, Alexis Nkombo, contrôleur Bebatp (Bureau d’études du bâtiment et des travaux publics), et le chef du chantier, pour le compte de la société chinoise S.z.t.c (Société Zhengwei technic Congo) en charge des travaux. A la fin de la visite, il s’est prêté aux questions du correspondant de Radio-Congo, Maxime Dienahou-Diahomba. Tout d’abord, le ministre de la construction a expliqué que, sur sa proposition, le chef de l’Etat Denis Sassou Nguesso avait accepté d’adjoindre un projet de construction de logements sociaux, dans le cadre des projets prévus par la municipalisation accélérée du Pool. Pour lui, cette option était la meilleure, par rapport à celle consistant à voir les cadres en charge des affaires publiques, ressortissants du département, construire leurs propres villas.

«Moi, je construis les logements, il m’était facile de me construire un palais, ici. Mais, je suis allé voir le président. Je lui ai dit: mais après la municipalisation, qu’est-ce qui va rester? Chaque cadre aura laissé un palais et le peuple? Il m’a dit: Tiens! Ça m’intéresse, qu’est-ce que tu veux dire? Moi, je construis les logements, au lieu que je m’en fasse pour moi, je pense qu’il faut qu’on soit généreux, qu’on construise des logements pour tout le monde, de manière à ce qu’après la municipalisation, les logements vont rester, les Congolais vont en bénéficier. Le président a dit que ce n’est pas mal comme idée…», a confié le ministre N’Silou. Et le président de la République a donné son feu vert. «J’avoue que c’est une expérience intéressante, le président a été fantastique, en accédant à cette demande. C’est ce qui fait qu’un quartier est en train de sortir de terre, à Kinkala».

Concernant les modalités d’accès, car les Congolais considèrent que ces logements sociaux sont chers, le ministre N’Silou a parlé de la création de la S.n-H.l.m (Société nationale des habitations à loyer modéré) comme première réponse à cette question. «Il faut reconnaître que jamais, depuis l’indépendance, on a réalisé autant de logements, en si peu de temps. Il n’y a pas que Kinkala, nous les réalisons un peu partout dans le pays. Nous sommes dans plusieurs localités. Il y a, effectivement, cette question d’accès aux logements. Là, il y a une solution à laquelle nous avons pensé, parce que, si nous ne faisons pas attention, ce sont ceux qui ont de l’argent qui vont y accéder. Et ça, on aura échoué.

C’est la raison pour la- quelle tous ces logements ne sont pas encore distribués. Il fallait qu’on crée des formules pour que, même les populations à revenus modestes puissent y accéder. La première formule, c’est à travers la Société nationale des habitations à loyer modéré… Une partie de ces logements sera affectée à cette société, qui les mettra en location, à travers des loyers adaptés à chaque revenu, de manière à ce que le Monsieur qui gagne cent mille francs puisse y avoir un logement. Et il est prévu une précaution: après dix ans de location, s’il n’y a pas eu d’incident», le locataire peut prétendre devenir propriétaire du logement qu’il loue.

Le ministre de la construction a reconnu que la demande est tellement importante que le gouvernement envisage l’extension des programmes de construction de logements. «L’essentiel est là je pense, je ne suis qu’un ouvrier, celui qui réalise, c’est le président», a-t-il conclu.

Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire