Google+ Badge

mardi 13 mai 2014

Municipalisation accélérée du département de la Lékoumou : Denis Sassou Nguesso a donné le coup de pioche officiel

Photo : Le couple présidentiel devant des notables

Sibiti, chef-lieu du département de la Lékoumou, était en fête, lundi 5 mai 2014. Et pour cause, le président de la République, Denis Sassou Nguesso, accompagné de son épouse, Mme Antoinette, marraine de la municipalisation accélérée du département de la Lékoumou, procédait au lancement officiel des travaux de cette municipalisation. Lors d’une cérémonie grandiose et haute en couleurs, qui a eu lieu au complexe sportif de Sibiti, au quartier Moussanda, non loin de la paroisse Notre-Dame de Lourdes.

En présence des officiels nationaux (Justin Koumba, président de l’assemblée nationale, Dominique Aloka, deuxième questeur du sénat, les membres du gouvernement et du cabinet du chef de l’Etat, etc.) des membres du corps diplomatique, des parlementaires, des officiers du haut-commandement militaire, des autorités administratives locales (André Ovu, préfet de la Lékoumou, François Bita, président du conseil départemental, Charles-Brice Ngono, sous-préfet de Sibiti, Bernard Makita, administrateur-maire), des responsables politiques, des autorités militaires locales, des directeurs départementaux, des chefs traditionnels, des notables, etc. Les habitants de Sibiti et les ressortissants de la diaspora étaient mobilisés pour ce jour exceptionnel qui a consacré l’officialisation du programme de municipalisation accélérée qui va doter leur département d’infrastructures de base (routes, écoles, hôpitaux, adduction d’eau, électrification, édifices administratifs et sportifs, etc).

C’est dans une allégresse générale que les populations de la Lékoumou ont salué le choix porté sur leur département, pour abriter la célébration tournante de la fête nationale de l’indépendance, le 15 août 2014, une célébration couplée à la mise en œuvre du processus de municipalisation accélérée. Visiblement joyeuses, elles ont chanté en chœur des chansons exhortant à la paix, à l’unité et à la concorde nationales. Les filles et fils de la Lékoumou, qui tiennent à la réussite de ce vaste chantier, ont mis de côté leurs clivages politiques, pour ne privilégier que l’essentiel, c’est-à-dire le développement de leur département.

Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire