Google+ Badge

vendredi 2 mai 2014

F.a.c (Forces armées congolaises) : Le premier régiment blindé a célébré la fête de la Saint-Georges, le saint-patron

Photo : Un repas copieux offert, la fête était belle.

Le premier régiment blindé a célébré la fête de la Saint-Georges, mercredi 23 avril 2014, dans la caserne installée, à titre temporaire, dans la caserne du premier régiment d’artillerie sol-sol et du Bataillon des transmissions, à Brazzaville. La manifestation s’est déroulée sous le patronage du général de brigade Gilbert Bokemba, chef d’Etat-major de l’armée de terre.

Plusieurs manifestations ont été organisées. Il y a eu une messe d’action de grâces, en l’église Notre-Dame de l’Assomption, célébrée par l’abbé Anselme Badiabo «Chaleureux», aumônier national catholique de la force publique. On y a, aussi, noté la présence, à cette messe, des anciens de ce corps, comme le colonel Noël-Victor Oyouba, ancien commandant.

Les membres du commandement de la force publique, au nombre desquels les généraux Jean-François Ndengué, directeur général de la police, Nianga Ngatsé Mbouala, commandant de la garde républicaine, Victor Moukanda, haut-commissaire, chargé des conflits armés du Ministère en charge de la défense nationale, Guy Bleck Clément Mambou, commandant de la logistique des F.a.c, Emmanuel Eta-Onka, des commandants d’autres corps des F.a.c et des anciens du corps, ont entouré le colonel Basile Boka, commandant du premier régiment blindé et ses collaborateurs, dans la célébration de la fête de leur saint-patron.

Des activités sportives ont aussi été organisées, telles que les tournois inter-bataillons de volley-ball et de football, remportés, respectivement, par le Bimoto (Bataillon d’infanterie motorisée) et le Bataillon des chars. Toutes ces équipes ont reçu des trophées et des récompenses remis par des autorités présentes à la cérémonie. Par ailleurs, les agents qui ont brillé par un bon travail ont reçu des attestations en signe de témoignage de satisfaction, de la part de leur hiérarchie.

Après avoir remercié les anciens qui ont su tracer le chemin qu’ils suivent et après la prière du cavalier faite par un jeune officier, ensemble avec l’assistance, le colonel Basile Boka a retracé la vie de Saint-Georges, leur saint-patron. Il a, également, souligné que ce moment est tout à fait indiqué pour inciter les militaires du régiment blindé à vivre à l’exemple de leur saint-patron. De même, il a rassuré les invités que leur présence à cette fête est, pour l’ensemble de son personnel, un précieux signe d’encouragement qu’il prendra en compte dans la poursuite de la marche très déterminée vers la montée en puissance du régiment blindé.

Né vers 275/280 à Lydda (aujourd’hui Lod en Palestine), dans une famille chrétienne, Saint Georges fut officier dans l’armée romaine, élevé par l’empereur Dioclétien aux premiers grades de l’armée. C’est de son épopée qu’est née la volonté des cavaliers de se placer sous le patronage de Saint-Georges, grâce au symbole donné par l’allégorie du combattant monté sur son cheval et qui tue le dragon représentant le démon.

Au Congo, l’arme blindée a vu le jour, le 15 septembre 1965, avec la création du Premier escadron blindé, commandé par le lieutenant Luc Kimbouala-Nkaya. Le 25 septembre 1970 fut créé le Premier régiment blindé, constitué, au départ, de quatre escadrons. Mais, les explosions du 4 mars 2012 ont provoqué la destruction de sa caserne au quartier Mpila. Le régiment est, actuellement, engagé sur deux théâtres d’opérations: Kimia, à Kibossi, dans le Pool, et Misca, en République Centrafricaine.

Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire