Google+ Badge

vendredi 20 juillet 2012

VIH/sida : Washington abritera la XIXe conférence internationale sur la pandémie

La rencontre se déroulera du 22 au 27 juillet sur le thème « Ensemble, changeons de cap », qui souligne que la lutte contre le sida a atteint un moment décisif
Le thème de la conférence est un appel urgent à l'action pour mobiliser les gouvernements, les ONG, les décideurs, les scientifiques, les organisations de la société civile, les journalistes et les personnes vivant avec le VIH afin d'unir les forces et créer l'élan nécessaire pour inverser la tendance sur le VIH/sida.
Les organisateurs estiment qu'avec les actions engagées en matière de recherches scientifiques dans le traitement du VIH et de prévention, il est possible, dans les jours à venir de « mettre fin à l'épidémie ».Ils avancent par ailleurs que dans le cadre de la riposte mondiale contre le fléau, les assises de Washington, qui vont permettre le partage des connaissances et des meilleures pratiques, constitueront une étape importante au cours de laquelle les orientations futures sont définies.
Prélude à la conférence organisée tous les deux ans par l'International Aids Society avec de nombreux partenaires, un forum interactif se tiendra le 21 juillet. Il sera l'occasion de discuter des actions sur le VIH et le sida sur le lieu de travail et du rôle des partenariats public-privé dans le maintien et l'intensification des interventions contre le VIH. Les membres de l'équipe spéciale inter-institutions sur les politiques et programmes sur le VIH en milieu de travail et du secteur privé, invités par l'Organisation internationale du travail, pourront également partager leurs opinions sur les bonnes pratiques et les leçons apprises sur la lutte contre le VIH et le sida en milieu de travail.
La conférence de Washington rassemblera environ 20 000 participants en provenance d'environ200 pays. Des chercheurs, des militants associatifs, des responsables politiques, des journalistes, des professionnels de la santé et des soins sociaux ainsi que de nombreuses personnes vivant avec le VIH impliquées dans la lutte contre le VIH sont attendus sur place.
Dans son dernier rapport rendu public cette semaine, l'Onusida a donné les dernières statistiques sur la pandémie :
Incidence de l'infection par le VIH :
34,2 millions de personnes vivaient avec le VIH en 2011, un nombre record qui s'explique par le net allongement de la vie résultant des traitements antirétroviraux.
Mortalité mondiale du sida en 2011 :
1,5 million de patients sont décédés de maladies liées au sida l'an dernier. La tuberculose est la principale cause de décès.
Mortalité du sida par zones géographiques :
- Afrique subsaharienne : 1,2 million de personnes en 2011, en baisse de 22% comparativement au pic de 2 005 (1,8 million).
- Asie : 330 000, le plus grand nombre de décès en dehors de l'Afrique subsaharienne mais qui reste assez stable.
- Europe de l'Est et Asie Centrale : 90 000, soit six fois plus que dix ans plus tôt.
- Proche-Orient et Afrique du Nord : 25 000, en hausse de 78,5% par rapport à 2001.
- Amérique Latine : 57 000, en diminution 9,5% sur 2010.
- Europe occidentale, centrale et Amérique du Nord : 29 000.
Nombre de nouvelles infections :
2,5 millions dans le monde en 2011, en baisse de 20% comparativement à dix ans auparavant. Chez les enfants de 15 ans et moins, 330 000 nouvelles infections ont été dénombrées l'an dernier, une diminution de 24% sur 2009.

Environ 1,5 million d'adultes ont été contaminés en Afrique subsaharienne en 2011, le nombre le plus faible que dans aucune des années depuis que la pandémie a atteint son pic en 1997 avec 2,2 millions de nouvelles infections.
Les traitements antirétroviraux :
Plus de 8 millions de personnes en 2011 - un nombre record - prenaient des antirétroviraux dans les pays à revenu bas et intermédiaires, soit environ 54% des près de 15 millions de séropositifs qui en ont besoin pour préserver leur système immunitaire.
Investissements et aide internationale :
Les investissements anti-sida ont totalisé 16,8 milliards de dollars en 2011, en hausse de 11% sur 2010, tandis que l'aide internationale s'est montée à 8,2 milliards, dont 48% fournis par les États-Unis.
Un comité d'experts a annoncé cette semaine qu'un traitement préventif sur le sida était déjà disponible sur le marché américain. Il s'agit du médicament Truvada, une combinaison de deux anti-rétroviraux, produit par le laboratoire Gilead Sciences. Il est déjà prescrit pour des personnes infectées par le VIH, le virus de l'immunodéficience humaine responsable du sida. Des études cliniques ont révélé que le traitement du VIH à base de prises quotidiennes de pilules de Truvada était efficace à plus de 90%. Mais ce taux chute à 44% si le médicament n'est pas pris tous les jours.
Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire