Google+ Badge

mercredi 11 juillet 2012

Karaté : participation incertaine du Congo aux championnats de la zone 4

Photo : Me Dieudonné Okombi.

Le président de la Fédération congolaise de karaté et arts martiaux affinitaires (Fécoka-Ama), Me Dieudonné Okombi, menace de jeter l'éponge au cas où ses protégés ne participeraient pas à la compétition de N'Djamena
Le président de la zone 4, qui quitte Brazzaville demain sans son équipe, l'aannoncé en fin de matinée aux Dépêches de Brazzaville, s'indignant de la lenteur ou de la négligence des fonctionnaires du ministère des Finances. Ces derniers n'ont pas décaissé les fonds pour que les athlètes congolais effectuent le déplacement de N'Djamena, d'autant plus que l'arrivée de toutes les délégations était prévue pour ce mardi 10 juillet.
« Le dossier du karaté a été transmis à temps par le ministère des Sports depuis le 11 juin. Cela fait un mois que les fonds ne sont toujours pas programmés. Le trésorier de la fédération ne fait que défiler au Trésor. On lui remet toujours son rendez-vous au lendemain. Or ces rendez-vous risquent de nous amener jusqu'à la fin de la compétition », a expliqué Me Dieudonné Okombi. Et de poursuivre :« C'est dommage quand quelque part nous avons assisté à une fête qui n'a souffert d'aucun problème pour faire le décaissement. On a fêté des victoires d'il y a 40 ans. Mais aujourd'hui l'on ne peut pas mettre à notre disposition les maigres moyens dont nous avons besoin. Pour la compétition comme c'est peu d'argent, on n'y prête pas attention. C'est incompréhensible que pour les compétitions de l'avenir, on ne puisse pas y participer parce qu'il manque le décaissement du gouvernement. »
Le Congo, qui avait déjà confirmé sa participation aux championnats de la zone 4,rendus obligatoires par la fédération mondiale et l'Union africaine de karaté, était engagé dans plusieurs tableaux notamment les -60kg ; -67 kg ; 75 kg ; -84 kg  et+84 kg chez les messieurs ; puis -50kg ; -55kg ; -61kg et +61kg. Le pays est entrain de voir l'avenir de ses karatékas être hypothéqué par cette manière de servir. Conséquence, le pays ne participera pas aux championnats d'Afrique au Maroc,ni aux championnats du monde. Il paiera auprès des instances internationales de lourdes amendes, qui vont dépasser le budget de la participation congolaise. Ilsera également contraint de rembourser le pays hôte qui avait déjà réquisitionnél'hôtel pour loger les 35 personnes de la délégation congolaise bloquées pour l'heure à Brazzaville.
« Il est rendu obligatoire à tous les pays membres de la Fédération mondiale et de l'Union africaine de karaté de participer aux championnats de zone avant d'aller aux championnats d'Afrique ou du monde. Nous nous sommes battus pour rien. Parce que six mois durant, après la victoire du karaté aux Jeux africains, nous avons pensé qu'il était temps de pouvoir mettre en chantier lesjudokas congolais pour préparer 2015. Nous nous sommes peut-être trompés parce que l'interêt du Congo est peut-être ailleurs, en tout cas pas au karaté. Je le dis avec le cœur très serré d'un dirigeant qui se voit abandonné avec une discipline qui honore le pays », a souligné le président de la zone 4, dont le devoir et les responsabilités l'obligent à être à N'Djamena.
Dieudonné Okombi a, par ailleurs, ajouté : « Le Congo sera suspendu s'il ne participe pas à cette compétition. Au retour de N'Djamena si cela se confirme, je démissionnerai avec mon bureau parce que l'on n'accorde plus d'importance au karaté. Chez nous, on veut les résultats mais on ne sait pas comment les préparer. Nous prendrons alors nos responsabilités. »
L'arrivée de toutes les délégations étant annoncée pour ce 10 juillet, les journées du 11 jusqu'au 13 juillet sont prévues pour les stages des arbitres et la pesée de tous les compétiteurs. La compétition qualificative aux championnats d'Afrique se déroulera les 14 et 15 juillet. Le président de la Fécoka-Ama souhaite voir cette situation être décomptée avant le début des épreuves. « Nous avons encore de la marge jusqu'à samedi, peut-être que d'ici samedi, la situation vas'arranger. Sinon, nous prendrons nos responsabilités. Pour des difficultés financières, nous sommes en train de voir notre programme des Jeux africains s'effondrer alors que le président de la République lui-même a accepté l'organisation de cette compétition chez nous en 2015. En outre, il souhaite qu'au cours de celle-ci, nous puissions glaner autant de médailles que possible », a-t-il conclu.
Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire