Google+ Badge

dimanche 4 novembre 2012

Système commercial multilatéral : plaidoyer pour de nouvelles politiques en Afrique

Photo 1 : Des représentants de la société civile et de la presse.    Photo 2 : Le bureau du réseau des journalistes d'Afrique de l'Ouest et du centre.
Face aux multiples défis actuels et futurs auxquels est confrontée l'Afrique de l'Ouest en particulier et le continent africain en général, près d'une vingtaine de journalistes africains et de représentants de la société civile ont statué, du 29 au 31 octobre à Accra (Ghana), sur la nécessité de voir les gouvernements africains adopter des politiques rigoureuses en matière de commercial multilatéral
Co-organisé par l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et la fondation Friedrich Ebert Stiftung (FES), la rencontre d'Accra avait pour thème « Les défis actuels et futurs du système commercial multilatéral. Perspectives de l'Afrique de l'Ouest ».
Elle avait pour objectif, entre autres, d'informer la presse et la société civile des enjeux de l'heure liés au développement du système commercial multilatéralisme. Le séminaire a permis aux uns et aux autres d'échanger sur les perspectives de l'Afrique qui doit se mobiliser pour sa meilleure intégration dans le commerce mondial. Il a également permis de mieux comprendre l'impact des mesures non tarifaires, les défis ou les opportunités du commerce Sud-Sud et Nord-Sud.
En effet, longtemps resté en marge du système commercial mondial, le continent africain aurait tout à gagner en optant pour un multilatéralisme et un bilatéralisme, considérés comme le choix idéal à long terme pour le plus grand intérêt des États. Cependant, le maintien de ces deux approches nécessite la levée des obstacles pour un équilibre bénéfique. Cela dit, il est important et urgent que l'Afrique, confrontée à de nombreux défis, ait une vision plus futuriste des mesures non tarifaires.
Selon une vision de la société civile africaine développée par Siméon Dossou, point focal du groupe régional d'experts syndicaux, le développement des échanges intra-africains serait confronté à plusieurs maux. Il s'agirait, entre autres, de la lenteur administrative, des tracasseries douanières, de la faiblesse des moyens de transport à la base de l'augmentation du coût du fret à intérieur d'une même région, de la faiblesse de financement, mais aussi du déficit d'information, source de la méconnaissance des régimes commerciaux. « Beaucoup relève de nos gouvernements, qui doivent tout mettre en œuvre pour stimuler les échanges commerciaux... », a-t-il précisé en substance.
L'Afrique victime de la coopération Sud-Sud
Appelé à devenir majeur dans un monde devenu de plus en compétitif, le continent africain exporte environ 80% des pays du Sud, notamment du Brésil, de l'Inde et de la Chine. L'Afrique est appelée à développer de nouveaux mécanismes d'échanges commerciaux pour éviter d'être le « dépotoir » d'autres pays.
Avec des échanges commerciaux intra-africains de l'ordre de 20%, les pays les moins avancés sont appelés à mieux échanger entre eux. Cela à travers la mise en application des tarifs à l'exportation intra-africains, tout en parvenant à mettre en place de nouvelles zones communautaires et monétaires, ce qui devrait favoriser la stabilité monétaire et mettre ainsi un terme au déséquilibre des relations commerciales. « Entre 2001 et 2002, l'exportation Sud-Sud s'est accrue de 19%, soit plus qu'avec les pays du Nord », a indiqué Kwabena Otto, expert au centre de recherche du Ghana Trade Union Congress.
Dans cette perspective, plusieurs défis doivent être surmontés. Il s'agit en particulier de la mise en place de politiques régionales visant à améliorer l'environnement juridique, à renforcer les institutions d'appui au commerce et à moderniser les instances de commercialisation. Mais également à renforcer l'appui technique des cadres africains.
Par ailleurs, outre ces mesures, il est important pour le continent de lever des barrières tarifaires qui constituent un frein au développement des échanges commerciaux.
Encadré
Création d'un réseau de journalistes africains du commerce multilatéral
Conscients de leur rôle et de l'importance de la sensibilisation aux questions liées au système commercial multilatéral, les journalistes présents aux assises d'Accra ont mis en place une plateforme de concertation.
L'objectif de cet espace d'échange est de favoriser une meilleure appropriation des défis commerciaux des pays africains à l'intérieur de l'OMC.
Dirigé par cinq membres ce réseau, propre aux journalistes économiques d'Afrique de l'Ouest et du centre, entend œuvrer aux côtés de la société civile pour susciter l'adoption par les décideurs et parlementaires africains de politiques commerciales au niveau des régions d'Afrique de l'Ouest et du centre.


Par Jrang An@go.                                                              Retrouvez-nous sur Google+

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire