Google+ Badge

mardi 12 juin 2012

CFCO : conseil d'administration sous le signe du renforcement des capacités opérationnelles et de l'augmentation des chiffres d'exploitation

Photo : La gare centrale de Pointe-Noire.

Les travaux de la session bilancielle et budgétaire du conseil d'administration du Chemin de fer Congo-Océan (CFCO) se sont tenus le 9 juin à la direction générale de cette entreprise à Pointe-Noire, sous la présidence de Jean-Jacques Bouya, conseiller du chef de l'État aux transports, à l'urbanisme, à l'équipement et à l'habitat, délégué général des Grands travaux
La situation générale de l'entreprise, les questions financières et la question budgétaire ont dominé les travaux. Sur la situation générale de l'entreprise, le conseil a relevé que l'horizon du CFCO s'éclaircissait, tout au moins en ce qui concerne sa capacité de traction et les moyens de communication. Le conseil a également relevé que le CFCO était dans l'absolue nécessité d'obtenir des financements conséquents pour la réhabilitation de l'infrastructure (rails, traverses, engins de transport, menu matériel, autonomie en gaz).Les administrateurs ont ainsi noté avec satisfaction, l'évolution sensible de l'exploitation du réseau qui est passé de 770 700 tonnes en 2010 à 913 277 tonnes en 2011, soit une augmentation de 18,50 % en ce qui concerne les marchandises.
Les états financiers 2010 ont fait l'objet d'une présentation dans les grandes masses par la direction Finances et comptabilité. À l'instar des états financiers 2010, les comptes de l'exercice clos au 31 décembre 2011, appréciés par le Commissariat national aux comptes sur la base du rapport élaboré à cet effet, n'ont suscité aucune réserve de fonds. Ces états financiers présentent un résultat net de 854 000 000de FCFA.
De l'examen et de l'adoption du budget 2012, le conseil a été informé de ce que ce projet, élaboré sur la base d'une révision de trafic marchandises de 950 000 tonnes et 840 000 voyageurs, a été arrêté en recettes à 32 296 millions de FCFA et en dépenses à 31 200 millions de FCFA, dégageant ainsi un résultat net bénéficiaire de 1 096 millions de FCFA. Le conseil a demandé au CFCO de réaliser sur fonds propres, à un niveau raisonnable, quelques travaux d'entretien du matériel existant. Il a en outre exhorté le CFCFO à prendre un train de mesures drastiques visant à réduire au maximum les pertes de recettes.

Les membres du conseil d'administration du CFCO ont fait plusieurs recommandations. Ce sont entre autres : la mise à disposition d'un financement diligent représentant la globalisation des interventions d'urgence pour les situations prioritaires de l'entretien de la voie et l'acquisition des gros outillages pour lamaintenance des matériels ; la mise en place d'un plan quinquennal de renouvellement de la voie aux fins de doter le CFCO d'une infrastructure moderne ; l'élaboration d'un programme pluriannuel sur fonds d'État, destiné à favoriser la convention de frein à vide en frein à air comprimé et celle sur les dispositions à prendre afin de confier au Conseil congolais des chargeurs (CCC), les activités de régulation des transports pour améliorer les conditions de fluidité du trafic marchandises et favoriser la compétitivité de la chaîne de transports congolais ; ainsi que la recommandation relative tenant à la création des conditions d'ouverture de l'École supérieure africaine des chemins de fer (Esac).
Lors de ces travaux, Jean-Jacques Bouya, président du conseil d'administration,  a rappelé les principaux objectifs de la société, à savoir : la réorganisation et la redynamisation du trafic en vue de son augmentation, la poursuite avec efficience du programme de réhabilitation et d'acquisition, la maintenance des infrastructures et du matériel réhabilité ou renouvelé, enfin, l'accélération de l'étude relative à la mise en place du partenariat public-privé.
Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire