Google+ Badge

dimanche 24 juin 2012

Rio+20 : le document final prend acte du principe d'Objectifs du développement durable et accorde des ressources sûres au PNUE

La Conférence des Nations unies sur le développement durable (Rio+20) s'achève sur un texte qui prône « une économie verte » basée sur les Objectifs du développement durable, qui épargne les ressources naturelles de la planète, et qui éradique la pauvreté
Cliquez pour plus d'informations!Cette conférence a connu beaucoup de critiques, notamment l'absence d'objectifs contraignants et de financement. Rio+20 a donc été ratifié par un accord a minima grâce au Brésil, pays hôte. Le texte a été salué par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, le qualifiant de « très bon document, une vision sur laquelle nous pourrons bâtir nos rêves ».
La société civile a dénoncé le fiasco et le manque d'ambition de Rio+20, fustigeant les promesses auxquelles se sont accordés les pays pauvres et les pays riches. Les participants ont renouvelé leur « engagement envers le développement durable et vers un avenir économique, socialement et écologiquement durable pour la planète et pour les générations présentes et futures ».
Sur la liste des maux à guérir, il y a la faim, la pauvreté, la désertification, les océans, la pollution, la déforestation, l'extinction des espèces, etc. L'« économie verte » est considérée comme la « moins destructrice de la planète », mais les pays pauvres voient en ce concept un protectionnisme déguisé des pays riches.
Les transferts de technologies, le renforcement des capacités et la prévisibilité des ressources financières seront les critères déterminants pour une mise en œuvre efficace du développement, selon les pays pauvres. En revanche, « les politiques d'économie verte ne doivent pas imposer de règles rigides, mais respecter la souveraineté nationale de chaque pays », souligne le texte.
Le principe d'Objectifs du développement durable (ODD) - en nombre limité mais tourné vers l'action - sur le modèle de celui des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) a été lancé. Des propositions allant dans ce sens devraient être faites par un groupe de travail en 2013 pour une mise en place à partir de 2015, en remplacement des OMD. Mais sont restés en suspens le financement de la transition vers l'économie verte et le texte relatif aux nouvelles sources de financement.
Intitulé « L'avenir que nous voulons », le document final de Rio+20 insiste sur la conjugaison de l'assistance au développement avec le secteur privé. Sur la gouvernance mondiale, chère à l'Afrique, le texte renforce le cadre institutionnel. La commission du développement durable, inefficace, a été remplacée par un Forum intergouvernemental de haut niveau. Le Programme des Nations-unies pour l'environnement (PNUE) a vu son rôle affirmé, et valorisé comme « autorité globale et chef de file pour l'environnement » avec des ressources « sûres » et une représentation de tous les membres des Nations unies.
Par Jrang An@go.
Cliquez pour plus d'informations!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire