Google+ Badge

mercredi 20 juin 2012

Postes et Télécommunications : DHL se propose de signer un accord avec la Société des postes du Congo

L'annonce a été faite par le directeur général de DHL Afrique subsaharienne, Charles Brewer, qui a été reçu le 19 juin par le ministre des Postes et télécommunications, chargé des Nouvelles technologies de l'information et de la communication, Thierry Moungala
Le patron de cette entreprise qui s'occupe de transport express a indiqué que des discussions étaient en cours entre les deux parties afin de « permettre à DHL de continuer sa croissance au Congo ». Il a estimé qu'une fois paraphé, cet accord renforcera la présence de sa société sur place.
Pour le ministre Thierry Moungala, la signature prochaine d'un accord entre DHL et la Société des postes du Congo (Sopéco) permettraà celle-ci de « s'arrimer à des valeurs qui relèvent de la qualité et de la traçabilité... afin d'atteindre les populations qui aujourd'hui ne sont pas touchées par les services à haute valeur ajoutée que ce soit pour DHL ou pour le Congo ».
Charles Brewer et son hôte ont également parlé des enjeux constitutionnels qui découlent de la promulgation depuis 2009 de certaines lois régissant le secteur des postes et télécommunications et les entreprises privées intervenant dans ce domaine. Ce qui était d'une importance capitale pour le directeur général de DHL Afrique subsaharienne, dont la société est implantée au Congo depuis une trentaine d'années.
Le ministre s'est félicité des prestations de DHL au Congo. « Les relations entre le Congo et DHL sont au beau fixe puisque cette entreprise paye convenablement les taxes et autres impôts, a-t-il déclaré. Elle crée des emplois dans notre pays. Nous espérons que la société continuera à faire davantage dans ces domaines. DHL est une société citoyenne qui respecte la loi du pays », a-t-il poursuivi.
Abordé par les journalistes au siège de DHL à Brazzaville sur la concurrence qui sévit dans le secteur de ses prestations, le directeur général DHL Afrique subsaharienne a déclaré qu'il n'y avait en réalité pas de concurrence entre les représentations nationales de son entreprise, en dehors du fait que chacune d'elle cherchait à faire mieux que les autres. Puis, évoquant le cas d'autres sociétés qui offrent les mêmes prestations, Charles Brewer a affirmé : « C'est facile de copier, mais c'est difficile d'atteindre les ambitions visées, lorsqu'on n'a pas les moyens de sa politique. » Il a relevé que DHL utilisait de grands moyens pour faciliter le transport des courriers et autres colis que d'autres ne peuvent faire : avions, trains, bateaux qui nécessitent de gros investissements puisque tout envoi est assuré dans de très brefs délais.
Pour son séjour qui s'achèvera demain à Brazzaville, le patron de DHL Afrique subsaharienne était accompagné du responsable du groupe pour les deux Congo, Ousmanou Kouotou. Il a été accueilli à son arrivée au Beach par le personnel de la société.
Signalons que Charles Brewer a une longue expérience au sein de DHL puisqu'il a intégré cette entreprise en Grande-Bretagne en 1985 comme agent du service clientèle. Après 15 ans passés dans son pays, il a servi comme directeur aux Philippines et en Malaisie. En 2006, il occupera le poste de vice-président du secteur commercial aux États-Unis. Trois ans plus tard, soit en 2009, il est nommé vice-président principal, siégeant au conseil du groupe. Il occupe le poste de directeur général de DHL Express Afrique subsaharienne depuis le mois de février dernier.
Avec ses fonctions actuelles, Charles Brewer assure la charge des finances, des technologies de l'information et des opérations de service clients. Ses missions s'étendent à 51 pays pour 3 500 travailleurs. Près de 1 000 véhicules et 14 avions permettent au personnel de mener à bien les missions assignées à l'entreprise. Notons que DHL, qui a inventé l'activité express aérienne en 1969, possède aujourd'hui un vaste réseau dans le monde entier.
Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire