Google+ Badge

dimanche 30 juin 2013

Promotion de la femme : le Congo veut se doter d'un cadre juridique pour les journées commémoratives

Photo : Une vue des participantes.

Les projets de décrets relatifs à sept journéesinternationales de la femme ont été examinés au cours d'un atelier organisé le 28 juin à la préfecture de Brazzaville

En dépit de la célébration depuis plusieurs années des différentes fêtes internationales, le Congo ne dispose toujours pas d'un cadre juridique instituant ces journées. C'est le cas des Journées internationales de la femme du 8 mars, des familles du 15 mai, des veuves du 23 juin, de la femme panafricaine du 31 juillet, de la jeune fille du 11 octobre, de la femme rurale du 15 octobre, et de l'élimination de la violence à l'égard des femmes du 25 novembre.

Outre l'examen de ces textes d'application, les participants à cet atelier ont également examiné le projet de décret portant création du Conseil national de la femme et de l'équité du genre. Une fois créée, cette structure va permettre à la politique nationale-genre de se doter d'un texte en plus du Programme national de développement.

Présidant la cérémonie d'ouverture, le directeur du cabinet de la ministre de tutelle, Ludovic Oniangué, a indiqué que cet atelier s'inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie nationale de promotion et d'intégration de la femme au développement. Il vise aussi l'amélioration du statut politique, économique, juridique, social et culturel de la femme, ainsi que le renforcement des capacités institutionnelles.

« C'est une opportunité tout indiquée d'apporter votre appréciation pour requérir vos avis et recommandations en vue de l'enrichissement desdits projets de décrets, avant leur transmission au secrétariat général du gouvernement pour enrôlement et adoption en conseil des ministres », a-t-il souligné, souhaitant que cet atelier puisse jouer sa partition pour l'amélioration continue du statut de la femme congolaise.

Ludovic Oniangué a, par ailleurs, rappelé qu'au sujet de l'amélioration du statut de la femme, des chartes, conventions, résolutions, recommandations et déclarations ont été adoptées aux niveau des Nations unies, de l'Union africaine, des organisations régionales et sous-régionales. De même, des journées internationales concernant la femme ont été instituées. Mais, a-t-il poursuivi, au plan national, ces journées ne sont pas encore formellement instituées. 

Interrogée sur l'importance de ces journées pour le Congo, la conseillère administrative et juridique de la ministre de la Promotion de la femme et de l'Intégration de la femme au développement, Virginie Ndessabeka, a déclaré qu'elles concernaient l'amélioration du statut de la femme en général. « Il ne suffit pas de célébrer, il faut encore conforter l'engagement au niveau international du Congo par des textes nationaux qui sont eux des documents d'application, de confirmation de ces déclarations, de ces engagements internationaux »,

Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire