Google+ Badge

jeudi 30 mai 2013

Transport fluvial : le débarcadère de Makotipoko presque achevé

Photo 1 : Le débarcadère de Makotipoko presque achevé.

Réceptionné provisoirement en fin d'année dernière, cet ouvrage pourrait être ouvert au public avant le 8 juin prochain. La mission de supervision de la Banque mondiale (BM) s'est rendue compte de l'état d'avancement des travaux démarrés en 2011

Le débarcadère de Makotipoko, dans le département des Plateaux, construit dans le cadre du Projet de développement agricole et de réhabilitation des pistes rurales (PDARP), cofinancé par la BM et le gouvernement congolais, est presque achevé. Le responsable de la composante 2, zone nord du Pdarp, a indiqué que cet ouvrage avait été réceptionné au niveau interne avec des réserves. « Ces réserves portaient sur la réalisation des garde-camps au niveau des escaliers et la fixation du ponton d'accostage. C'est ce que l'entreprise est en train de faire pour qu'avant le 8 juin, elle puisse remettre l'ouvrage achevé », a expliqué Nzassa-Ekassa.

Les travaux ont consisté à la fabrication du ponton d'accostage (barge flottante), du quai de 50 m de large sur 8 m fondé sur un béton, et d'un mur, remblayé par un sable compacté hydrauliquement. Au regard de la montée des eaux, un muret a aussi été construit avant le quai, fondé sur 1,50 m.

Deux pavillons pour le marché  de Makotipoko

La délégation a ensuite visité les deux pavillons du marché, construits par le PDARP. Estimé à 99 millions FCFA, le deuxième pavillon du marché a été construit suite à la demande de la population qui ne pouvait pas se contenir dans le premier hangar, dont le coût global des travaux est de 298 millions FCFA. L'œuvre du PDARP a été vivement félicitée par le comité du marché qui entend jalousement préserver cet ouvrage. Ainsi ses gestionnaires ont-ils demandé au gouvernement d'apporter une aide supplémentaire au marché de Makotipoko à travers le PDARP. « Nous veillerons à la sécurité de ce bijou qui fait la beauté de notre district. Nous nous félicitons du geste du PDARP. Vu le nombre de vendeurs que nous recevons, il nous faut encore d'autres pavillons », a déclaré Gustave Bodouma, chargé de la sécurité du marché.

Marché transfrontalier, Makotipoko reçoit, d'après les estimations, environ 34 000 personnes le jour de la vente, dont 18 000 de la République démocratique du Congo et 16 000 du Congo-Brazzaville. Le trafic de marchandises est, quant à lui, évalué à des milliers de tonnes de poissons, de manioc, d'ignames, de céréales, de produits manufacturés et de matériaux de construction. Il y accueille quatre bateaux de 320 chevaux avec quatre barges de 150 tonnes, quatorze canots rapides, 24 baleinières, 96 pirogues motorisées, le jour du marché. À cela, il faut ajouter des centaines de pirogues individuelles.

Les pêcheurs saluent l'action du PDARP

Dans cette localité, le PDARP avait offert aux pêcheurs des moteurs, des détecteurs de poissons, des gilets de sauvetage et des groupes électrogènes. Il avait aussi assuré leur formation. Conscients de cet investissement qui leur a permis de se rassembler en groupe et d'améliorer leurs conditions de pêche, ils ont témoigné leur reconnaissance au coordonnateur du projet, Isidore Ondoki. C'était au cours d'une rencontre avec la délégation conduite par le directeur de cabinet du ministre de l'Agriculture et de l'Élevage, Jean Fulgence Mouangou.

Rappelons que la BM effectue cette mission de supervision tous les six mois pour évaluer les projets en réalisation dans le cadre du PDARP.

Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire