Google+ Badge

dimanche 1 avril 2012

Allocations d'urgence aux familles sinistrées : une jeune femme s'écroule et trouve la mort devant la caisse

Photo 1 : Michaëlle Oussima-Pombo de son vivant.   Photo 2 : La morgue municipale de Brazzaville.

Ce drame s'est produit le 30 mars au site des sapeurs-pompiers de Brazzaville
Michaëlle Oussima Pombo, âgée de 33 ans, était venue ce 30 mars comme tant d'autres percevoir ses 3.000.000 FCFA d'allocations d'urgence données aux familles sinistrées par le gouvernement de la République.

Comment se sont déroulés les faits ? D'après un proche parent que nous avons rencontré à la morgue municipale au moment où l'on déposait le corps de la jeune femme, Michaëlle Oussima Pombo s'était présentée au site des sapeurs-pompiers sans problème aucun. Elle a attendu comme les autres, puis a accédé à la cour des sapeurs-pompiers une première fois, a été refoulée par un agent de la force de l'ordre, avant de revenir une seconde fois. 

À la caisse, elle s'est vu refuser l'argent sous prétexte qu'elle était en situation contentieuse. Elle a essayé de persuader son interlocutrice (agent payeur) du contraire et s'est écroulée. En urgence, elle a été emmenée à l'hôpital central des Armées Pierre-Mobengo par les sapeurs-pompiers, où le médecin n'a pu que constater sa mort à la suite d'un arrêt cardiaque.


« Ma sœur vivait bien au quartier 54, bloc 8, zone 1, dans la rue Dongou n°30. L'agent payeur (une dame) a dit qu'elle était en situation irrégulière, alors que sur les lieux se trouvaient le propriétaire de la parcelle et le chef de bloc. Elle était incapable d'expliquer en quoi ma sœur était en situation de contentieux. Quand le médecin nous a annoncé que ma sœur était morte, nous sommes revenus au site pour les informer. Le responsable que nous avons rencontré sur place nous a demandé de revenir le lendemain pour toutes les formalités relatives à ce décès. Mais entre-temps, informés de la mort de ma sœur, les agents payeurs nous ont appelés pour venir toucher ces 3.000.000 FCFA, de peur que nous ébruitions l'affaire. Nous avons refusé et leur avons demandé de garder leur argent, puisqu'ils avaient voulu que ce soit ainsi », a déclaré l'un des frères de la jeune femme décédée. Avant d'ajouter : « Nous demandons aux autorités de contrôler les lieux de paiement de ces allocations. »

Michaëlle Oussima-Pombo était mariée et mère de cinq enfants, son mari se trouverait actuellement à Kinshasa, en République démocratique du Congo, pour une intervention chirurgicale.
Bruno Okokana

                             Par Jrang An@go. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire