Google+ Badge

dimanche 8 avril 2012

Conférence internationale sur les hydrocarbures : une forte participation pour de fructueux échanges

Photo 1 : Les participants à la Conférence internationale sur les hydrocarbures.    Photo 2 : Le passage de témoin entre le Congo et la Guinée


Les assises de Brazzaville ont réuni près de 700 experts regroupant des politiques, des juristes, des opérateurs économiques, des agents publics, et des investisseurs
Le ministre des Mines et de la géologie, Pierre Oba, a indiqué le 6 avril que ces participants avaient échangé leurs expériences sur les enjeux et les meilleures pratiques à opérer dans l'exploitation du domaine minier.

Organisée avec l'appui de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement, la quinzième Conférence internationale pour le négoce et le financement du pétrole, du gaz et des mines en Afrique s'appuie entre autres sur le maintien et le renforcement de la valeur dans les industries extractives. « Un lieu d'échange qui a permis une réflexion profonde sur la création des ingrédients nécessaires à la croissance du secteur africain des industries extractives », a souligné Pierre Oba/

Le forum a permis de déduire que les ressources naturelles africaines avaient un avenir prometteur. Les assises l'ont justifié en indiquant que de nombreuses opportunités technologiques, analytiques et financières existaient à travers le continent pour impulser cette importante branche des économies nationales des pays africains.


Il ressort hélas que la lenteur dans la mise en œuvre des technologies de pointe, l'acquisition d'une expertise humaine suffisante qualifiée, la valorisation de la part locale, et l'insuffisance des investissements propres n'ont pas permis d'atteindre les progrès attendus et de réaliser un développement de grande envergure des économies africaines à partir du boom de leurs matières premières.

Les participants ont énoncé plusieurs recommandations, dont celle relative à la promotion de la plateforme d'échange d'informations sur les ressourcesnaturelles. À cet effet, Pierre Oba a déclaré que le Congo était partie prenante d'une coopération dynamique. En raison des caractéristiques parfois distinctes des productions et des perceptions politiques des pays africains, le Congo entend partagé quelques stratégies nécessaires de croissance de ces ressources extractives. « Les pays africains devraient donc établir et poursuivre une stratégie ciblée en élargissant leur participation locale dans le secteur extractif et en s'obligeant à mettre un pied dans les activités en amont qui ont le potentiel de transfert de technologies », a conclu le ministre congolais des Mines et de la géologie.

Notons que le Congo a passé le témoin à la Guinée qui le remplace à la présidence de la conférence pour un mandat de deux ans. La prochaine rencontre aura pour thème « Le gaz naturel moteur de croissance ».

                            Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire