Google+ Badge

mercredi 21 décembre 2011

Afrique centrale : plus de 59 milliards FCFA pour le fonctionnement normal de la Cémac en 2012

Le montant qui s'inscrit dans le cadre du budget de fonctionnement exercice 2012 de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cémac) a été adopté à l'issue des travaux du 22e Conseil des ministres de l'Union économique de l'Afrique centrale (UEAC), tenus le 19 décembre au Congo Brazzaville


Ce montant qui a subi une diminution de 8% par rapport à celui de 2011, compte tenu du redimensionnement des découverts obtenus au titre de l'année 2012 et de la rationalisation des charges de fonctionnement, permettra de fixer les conditions qui influenceront positivement le travail futur et l'évolution de l'organisation communautaire en 2012. Étant donné que cette année constitue le point de départ de la mise en œuvre véritable des projets du plan opérationnel 2011-2015 du programme économique régionale de la Cémac.

Outre ce point, les ministres ont examiné onze dossiers qui leur ont été soumis pour examen et adoption par les experts du comité inter État des pays membres de l'institution. Parmi ces dossiers : les problèmes du manque de communication constaté en zone Cémac ; l'inscription dans les priorités de l'année 2012 des procédures d'audit sur l'ensemble des organes et institutions spécialisées ; la programmation des départs des premiers dirigeants des institutions de la communauté pour réaffirmer le principe de rotation par ordre alphabétique des États ; le retard dans l'application du principe de libre circulation des biens et des personnes ; la définition d'une politique efficace de diversification des partenaires au développement pour lutter contre les effets de la crise ; le rapprochement des deux places boursières notamment, celles du Gabon et du Cameroun ; le démarrage effectif de la compagnie Air Cémac ; la mise en place de l'agence de sécurité aérienne ; l'organisation d'une coupe de football Cémac ; la construction de deux postes de contrôles entre Douala-Ndjamena et Bangui-Douala pour faciliter les transports étrangers. Ces projets seront financés par la Banque africaine de développement (BAD) et par l'Union européenne (UE).

Notons que cette rencontre qui a connu la participation active des délégations venues du Gabon, du Tchad, du Cameroun, de la République centrafricaine et de la Guinée Équatoriale, a été présidée par le ministre d'État congolais, coordonnateur du pôle économique, ministre de l'Économie, du Plan, de l'Aménagement du territoire et de l'Intégration, Pierre Moussa.

                                           Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire