Google+ Badge

samedi 12 mai 2012

Inventaire forestier : près d'1 milliard de budget

Le Centre national d'inventaire et d'aménagement de ressource forestière et faunique (CNIAF) est pourvu d'un budget évalué en recettes et en dépenses de près d'1 milliard de FCFA. Cette augmentation de 139 millions est due à l'amélioration de la subvention de l'État
Le comité de gestion a approuvé le budget du Centre national d'inventaire et d'aménagement de ressource forestière et faunique le 11 mai à Brazzaville au cours de sa 9e session, présidé par Jacques Kanwe. Évalué à près d'1 milliard, il permettra de réaliser l'inventaire forestier, la cartographie, le renouvellement des équipements techniques, notamment le laboratoire de télédétection et le renforcement de capacité du personnel et des jeunes diplômés sans emploi.
« Le budget exercice 2012 du CNIAF vise la connaissance des ressources forestières et leur aménagement qui constituent la clef de voûte deleur mise en valeur sur des bases durables », a expliqué Jacques Kanwe.
Outre l'adoption du budget permettant à la structure technique du ministère du Développement durable, de l'Économie forestière et de l'Environnement, de fonctionner, le programme d'activités n'est pas resté en marge.
Les membres du comité de gestion ont fait un tour d'horizon sur les activités déjà réalisées des quatre premiers mois de l'année en cours. Ainsi, il a été relevé l'actualisation de la base cartographique des unités forestières d'aménagement. Ces cartes sont disponibles au niveau du CNIAF.
« Nous avons la gestion de la cartographie forestière, chaque année nous les déclinons sous la forme de cartes », a relayé le conseiller aux changements climatiques, Georges Claver Boundzanga. Poursuivant son argumentaire, il a cité les différentes cartes, parmi lesquelles les unités forestières d'aménagement, l'état d'avancement du processus d'aménagement forestier au Congo et celui de la certification, la situation des capitaux étrangers investis pour la mise en valeur du secteur forestier au Congo, et celle des aires protégées.
Sur ces différentes cartes, le conseiller aux changements climatiques a souligné qu'elles contribuent à donner une orientation à une décision du gouvernement comme à celle de l'investisseur en fonction de la réalité sur le terrain.
Par ailleurs, Georges Claver Boundzanga a insisté sur l'importance de la formation des jeunes diplômés sans emploi, près d'une soixantaine est concernée. Ce renforcement de capacité participera à la mise en œuvre du projet sur les inventaires nationaux.
« Ces jeunes auront pour mission de collecter sur le terrain des informations portant sur les arbres, le volet social, économique (...) de manière à avoir une idée nette sur l'occupation du territoire national en matière de forêts, de savanes, d'infrastructures ; et de préparer le plan d'affectation national », a-t-il éclairci.
Le CNIAF contribue selon ses administrateurs aux côtés des autres entités de l'administration forestière à consolider le leadership du Congo dans le domaine de l'aménagement forestier durable et de la télédétection. Il est opérationnel depuis 2004.
Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire