Google+ Badge

jeudi 17 mai 2012

Piraterie maritime : la force Atalante attaque une base de pirates sur la côte somalienne

Un hélicoptère de la force européenne a bombardé le 15 mai plusieurs embarcations sur une plage dans la région de Galmudug

La force Atalante a indiqué que ce raid nocturne, qui n'a fait aucune victime, visait uniquement le matériel des pirates. Le feu vert des autorités somaliennes aurait été obtenu avant de mener l'attaque.

L'opération traduit la volonté affichée de la communauté internationale de lutter contre la piraterie qui touche les navires de transport, les superpétroliers, les paquebots de croisière et les navires de plaisance au large de l'Afrique de l'Est. Elle fait suite aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU autorisant à lutter contre le fléau au large des côtes somaliennes. Atalante est autorisée depuis le 23 mars à attaquer les positions des pirates à terre. L'objectif est de faire cesser l'activité des bandits des mers en détruisant leur logistique.

Les militaires espagnols souhaitaient depuis quelque temps qu'un blocus des ports somaliens soit engagé, mais l'idée n'avait pas fait reçu l'assentiment des autres partenaires européens qui redoutaient que cette opération de surveillance maritime puisse se transformer en mission de guerre.

D'après des témoins, en avril dernier, deux avions ont bombardé une localité côtière du Puntland, une région infestée de pirates. L'état-major des armées françaises avait aussitôt réagi pour dire qu'aucun moyen du pays n'avait été impliqué dans cette action. Le commandement américain pour l'Afrique avait aussi, en ce qui le concerne, assuré que les bombardiers américains F15 basés à Djibouti n'avaient pas participé à cette opération.

Rappelons que l'opération Atalante poursuivra son action jusqu'en décembre 2014. Elle est destinée à protéger les embarcations naviguant au large de la Corne de l'Afrique, dont celles du Programme alimentaire mondial chargées d'acheminer l'aide aux populations déplacées de Somalie.

Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire