Google+ Badge

lundi 5 mars 2012

Contrôle de l'action gouvernementale : le Sénat entend désigner des rapporteurs spéciaux

Photo : Les sénateurs à l'ouverture de la session. 


L'affaire est inscrite à l'ordre du jour de la 29e session ordinaire dont les travaux se sont ouverts le 2 mars au Palais des congrès de Brazzaville

En vue de jouer pleinement son rôle de contrôle de l'action de l'exécutif, la chambre haute a annoncé la désignation dans un bref délai, des rapporteurs spéciaux pour le suivi des missions au niveau des pôles socioculturel, économique et au niveau des infrastructures de base.
Le président du Sénat, André Obami-Itou, qui a annoncé ces mesures, entend également mettre en place des missions d'enquêtes parlementaires sur six préoccupations majeures. Il s'agit, entre autres, de la superposition des titres fonciers ; des droits de licence dans le secteur des télécommunications et l'impact de la mécanisation de l'agriculture sur le panier de la ménagère, dans les zones déjà pourvues de tracteurs. Ces missions enquêteront également sur l'impact du Fonds de soutien à l'agriculture dans le financement du secteur agropastoral ; du rendement de la redevance sur les transferts des fonds ; et de la gestion des crédits affectés à la Congolaise des médicaments génériques (CMG).

« Voilà un vaste programme de contrôle auquel devra s'atteler la Chambre haute, en direction du gouvernement », a précisé André Obami-Itou, rappelant que la gouvernance n'était pas seulement l'affaire du gouvernement. Selon lui, le Sénat doit assumer sa fonction de modérateur et de conseil de la nation, en relation avec les impératifs de bonne gouvernance. Ceci pour que toutes les institutions constitutionnelles et les mécanismes de suivi, d'observation, de contrôle, de régulation et de répression des antivaleurs mis en place, puissent idéalement fonctionner et jouer leur rôle.

Le climat des affaires au Congo n'étant pas propice, la chambre haute, qui fonde son espoir sur le haut conseil du dialogue public-privé, entend être attentive à son action et surtout aux résultats escomptés. André Obami-Itou a, par ailleurs, demandé aux sénateurs de soutenir le rythme des avancées du pays afin de faire profiter le peuple des retombées de la croissance.

Enfin, il a rappelé que la 9e session ordinaire se tenait dans un contexte international contrasté, marqué par des divisions au sein des Nations unies à propos des dossiers syrien et iranien. Appréciant le contexte national, il espère que toutes les conditions seront mises en place pour la tenue d'élections libres, transparentes et apaisées afin de consolider la dynamique de paix.

Soulignons que les sénateurs sont appelés à examiner et adopter 50 affaires au cours de cette première session de l'année 2012.

                               Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire