Google+ Badge

jeudi 29 mars 2012

Révision des listes électorales : faible taux de participation à Brazzaville

Photo : Henri Bouka.


Lors de l'interview qu'il a accordée à la presse nationale, le président de la Commission nationale d'organisation des élections(Conel), Henri Bouka, a reconnu que, contrairement à celle de l'intérieur du pays, la population brazzavilloise ne montre pas d'enthousiasme à participer à l'opération de révision extraordinaire des listes électorales.
Pour ce qui concerne les trois circonscriptions électorales dévastées par les explosions du 4 mars, Henri Bouka a indiqué quela participation ou non des électeurs de cette partie du pays au prochain scrutin relevait de la compétence du président de la République et de la Cour constitutionnelle.

Question : Monsieur le Président, une autre prorogation de l'opération de révision extraordinaire des listes électorales est-elle envisageable ?
Henri Bouka (HB) : En matière de révision extraordinaire des listes électorales, dix jours suffisent pour capter des milliers d'électeurs, c'est-à-dire pour réaliser des retranchements, des ajouts et des inscriptions. À quelques jours de la fin de l'opération, je ne peux pas vous certifier qu'il y aura une autre prorogation ou non. Sans vouloir me substituer au gouvernement, je pense que nous devrions clore cette opération le 30 mars.

Question : Quel est le sort des trois circonscriptions électorales qui ne sont plus habitées à cause du drame du4 mars ?
HB : Il n'y a pas eu de révision des listes électorales dans ces trois quartiers. Or, pour aller aux élections, il faudrait que la liste électorale soit actualisée. En réalité, le cas de ces trois entités électorales relève de la haute compétence du président de la République qui est seul habilité à convoquer le corps électoral. Il peut décider d'annuler ou non le vote dans cette partie du pays, en s'appuyant sur la Constitution de la République, qui précise en son article 92 qu'en cas de circonstances exceptionnellement graves empêchant le déroulement normal des élections, la Cour constitutionnelle peut décider de la prolongation des mandats des députés et des sénateurs.

Question : La Conel prévoit-elle un traitement particulier pour les populations autochtones concernant leur participation aux scrutins ?
HB : En matière électorale, nous ne faisons pas de distinction entre les autochtones et les Bantous. Toutes les personnes recensées participent au scrutin.

Question : Pouvez-vous nous faire le point à mi-parcours de l'opération de révision extraordinaire des listes électorales ?
HB : Le taux de participation est plus fort à l'intérieur du pays qu'à Brazzaville. Je veux profiter de vos micros et publications pour dire à la population congolaise que l'établissement des listes électorales est l'affaire de tous. Certes, l'Administration a la responsabilité de mettre en place toute la logistique. Les populations, quant à elles, ont le devoir d'y participer massivement afin de pouvoir exercer leur droit de vote.
Propos recueillis par Roger Ngombé

                             Par  Jrang An@go

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire