Google+ Badge

samedi 31 mars 2012

Économie : selon Abdoulie Janneh, « l'Afrique a une opportunité de s'imposer comme pôle incontournable de l'économie mondiale »

Réfléchir sur la meilleure stratégie pour faire de l'Afrique un pôle de croissance mondiale, tel a été l'objectif de la réunion du comité d'experts de la cinquième conférence des ministres de l'Économie et des finances de l'Union africaine (UA) et de la Commission économique pour l'Afrique (CEA), qui s'est déroulée du 22 au 27 mars à Addis-Abeba (Éthiopie)

Le secrétaire exécutif de la CEA, Abdoulie Janneh, a déclaré que la crise économique qui touche actuellement les grandes puissances affectait les exportations des pays africains et l'aide financière apportée par ces pays. « En dépit de la famine de l'an passé dans la corne de l'Afrique, des conflits qui ont éclaté sur le continent et la sécheresse dans le Sahel, l'Afrique a réussi à maintenir sa croissance en 2011 », a-t-il souligné.

Il pense que « l'Afrique a une opportunité de s'imposer comme pôle incontournable de l'économie mondiale ». La majorité de ses ressources naturelles est encore inexploitée, plus de la moitié de sa population a moins de 30 ans, et ses économies lui offrent la possibilité de se développer de manière verte. Ces éléments tendent à renforcer la volonté du continent de « s'imposer sur la scène économique mondiale », a-t-il soutenu. Ce qui justifie, selon lui, le choix du thème de cette année : « Libérer le potentiel de l'Afrique en tant que pôle de croissance mondiale. »

Les experts ont débattu, entre autres, des défis auxquels le continent africain est confronté : le chômage de la jeunesse et son impact négatif sur les économies nationales ; le développement des infrastructures politiques, économiques, éducatives, technologiques et sanitaires lié au bien-être des populations. La question des changements climatiques a été également au cœur des préoccupations. 
Les économies africaines étant principalement agricoles, « le climat est une source de préoccupations et doit être considéré dans toutes les stratégies de développement, locales, nationales et continentales », ont expliqué les experts. Ils ont également appelé les économies africaines à effectuer une transition vers le secteur industriel en vue d'exporter des produits manufacturés à la place des matières premières, tout en ayant un impact limité sur leur environnement.

D'autres sujets ont été débattus, comme l'aperçu de l'évolution de la situation économique et sociale en Afrique ; l'évaluation des progrès de l'intégration régionale en Afrique et l'examen des progrès accomplis dans la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement.

                             Par Jrang An@go. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire