Google+ Badge

samedi 11 février 2012

Action humanitaire : l'école primaire de Kintelé-Fleuve équipée d'un forage moderne

Photo : Le forage de l'école primaire de Kintelé-Fleuve.


La dotation est l'œuvre de la coopération congolo-norvégienne à travers le projet « École en coopération » et de la fondation internationale « Laissez l'Afrique vivre »

Le forage, d'une capacité de 50 000 litres par jour, a été réalisé par la fondation YME pour un coût global de 35 millions FCFA. Il est alimenté par un système d'énergie solaire produisant près de 1 500 watts.

Le coordonnateur du projet « École en coopération », Faustin Ansala, a exhorté les élèves et la population de Kintelé à faire bon usage de cet ouvrage. « L'école de Kintelé peut désormais être comptée parmi les établissements scolaires les mieux équipés car, même à Brazzaville, beaucoup d'écoles ne disposent pas encore d'eau potable », a-t-il précisé, soulignant que l'eau que les élèves apportaient chaque jour à la cantine de l'établissement était impropre à la consommation.

De son côté, le directeur de cabinet du ministre de l'Enseignement primaire et secondaire, Thomas Makosso, qui a patronné la cérémonie, a salué la coopération congolo-norvégienne. Il a appelé les quatre cents élèves de l'école et la population, véritable bénéficiaire, a veillé sur cet ouvrage qui montre l'importance que la fondation « Laissez vivre l'Afrique » et le projet « École en coopération » accordent à l'amélioration des conditions de vie des apprenants congolais et norvégiens.
 
L'inspecteur-chef de la circonscription scolaire d'Ignié-Pool, Alphonse Samba, a remercié les animateurs du projet pour leur initiative, dénommée « Une école, un forage ». Il s'est félicité que la santé des apprenants et des enseignants des écoles concernées soit assurée.

Le projet « École en coopération » concerne quinze écoles au Congo et dix en Norvège. Il est mené dans notre pays depuis près de dix ans. À sa création, il avait pour vocation de doter les écoles en manuels scolaires, matériels didactiques, petites bibliothèques, tables-bancs et autres mobiliers.

Le souci de doter les écoles affiliées au projet en forages modernes est né du constat que l'eau utilisée dans ces établissements exposait les élèves et les enseignants aux infections et aux parasites divers.
Roger Ngombé 

                               Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire