Google+ Badge

mardi 21 février 2012

Santé : plaidoyer pour l'allaitement maternel précoce et exclusif

Photo : Farida Koud, une jeune maman allaitant affectueusement son bébé.   


Le ministère de la Santé et de la Population a lancé le 20 février à Brazzaville, une campagne de sensibilisation sur les bienfaits de l'allaitement maternel précoce et exclusif pour la santé et la réduction de la morbidité des enfants

Une réunion de sensibilisation des acteurs des confessions religieuses et des médias appelés au renfort de cette opération, s'est tenue sous la supervision du directeur général de la santé, Alexis Elira Dokékias. Le programme est appuyé par le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) dont la représentante au Congo, Marianne Flash, a participé à cette séance.

« L'allaitement maternel précoce et exclusif est important puisqu'il préserve la santé et la vie de l'enfant, tout en enrichissant l'affection entre le nouveau-né et sa mère », a martelé le directeur général de la santé. Le professeur Elira Dokékias qui a ressassé l'évolution de la question au Congo, estime qu'il est urgent aujourd'hui de relayer ce message de l'allaitement maternel.

L'évolution de la société et certaines contraintes inhérentes ont quelque peu dérouté la pratique de l'allaitement. « Des mères choisissent de plus en plus de prendre des laits artificiels ou de nourrir les enfants dans des internats à cause de leurs obligations professionnelles. Cela entraîne souvent des contagions chez certains enfants qui sont ainsi exposés à des diarrhées, des constipations, etc. Alors que le lait maternel ne s'achète pas, est riche en eau, en glucides, en protéines et en plusieurs sels minéraux », a soutenu Elira Dokékias. Le VIH/sida a également semé le doute ces dernières années, or il ne représente plus un risque pour l'enfant d'une mère qui s'est fait dépister, même étant sous antirétroviraux.
Aussi, souhaite-t-il que l'État et les sociétés privées prennent en compte la possibilité pour les nouvelles mères d'allaiter leurs bébés, en adaptant une législation claire, « préservant à chaque enfant qui naît au Congo ce moment important de tendresse qu'est l'allaitement ».

Par ailleurs, la représentante de l'Unicef au Congo a invité les représentants des médias et des confessions religieuses, associés à cette campagne de sensibilisation, à ne pas se limiter (pour le cas des journalistes) non pas à un message ponctuel sur le sujet, mais surtout « à une action perpétuelle et pérenne en faveur de la lutte contre la malnutrition par la promotion de l'allaitement maternel précoce et exclusif », a rappelé Marianne Flash. Soutenant cette approche, des parents d'enfants ont témoigné de la bonne santé de leurs progénitures nourries exclusivement au lait maternel jusqu'à six mois au moins. Farida Koud (notre photo), une mère qui a témoigné de l'excellente santé de ses deux enfants, dont un bébé de trois mois, illustre parfaitement cette campagne de sensibilisation à l'allaitement maternel. « Comme son frère aîné, il ne prendra que le lait maternel jusqu'à ses six mois », a-t-elle indiqué.

Pour les autorités nationales de la Santé, les communautés devraient s'impliquer à vulgariser les meilleures pratiques favorisant une meilleure santé de la population, à l'instar de l'allaitement maternel, en cette année 2012 dédiée à la santé par le chef de l'État, Denis Sassou N'Guesso.
Thierry Noungou

                               Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire