Google+ Badge

lundi 6 février 2012

Village agricole d'Imvouba : une production d'environ 400 000 poulets de chair attendue par an

Photo 1 : Une vue du nouveau village d'Imvouba.   Photo 2 : Coupure du ruban symbolique par le ministre Pierre Moussa.


Le ministre du Plan, de l'Aménagement du territoire et de l'Intégration, Pierre Moussa, a inauguré dimanche, à 125 km au nord de Brazzaville, le village agricole d'Imvouba spécialisé dans la production de poulets.

D'une capacité de production annuelle de 400 000 poulets, ce village a été construit par la société israélienne Socomod, pour un coût global de 4 milliards de FCFA. Deuxième d'une série de trois villages pilotes envisagés à Nkouo, Imvouba et Odziba, dans la partie nord de Brazzaville, ce tout nouveau village tout comme celui de Nkouo (spécialisé dans la production d'œufs) vise, à terme, de gagner le défi de la transition agricole et de la dépendance alimentaire du Congo. Il faut savoir que le pays importe pour plus de 120 milliards FCFA de denrées alimentaires. « L'insuffisance de l'offre agricole de notre pays est en même temps insuffisance du travail agricole. Or ce n'est que par le travail agricole que les Congolais vaincront la dépendance alimentaire », a indiqué le ministre congolais de l'Agriculture et de l'Élevage, Rigobert Maboundou.

Ce village agricole d'Imvouba est une cité de 50 maisons dont 45 destinées aux exploitants et 5 au personnel d'appui, construites sur une superficie de 150 hectares. La construction de ces villages intègre la politique du gouvernement qui veut atténuer l'errance des jeunes ruraux tout en rapprochant davantage l'agriculture des autres activités génératrices de revenus.


Pour espérer réduire le taux d'importation et mettre les populations à l'abri de la flambée des prix devenue récurrente en République du Congo, une forte production est attendue. Car, face aux revenus faibles des Congolais, l'implantation des tout premiers villages et les différents projets agricoles initiés par le gouvernement ne satisfont pas suffisamment encore les attentes des populations. En effet, si le premier village de Nkouo inauguré en octobre dernier a pu produire, entre autres, plus de 6 millions d'œufs et 153 tonnes de tubercules de manioc, il n'est pas moins vrai que les prix de ces deux produits n'ont pas connu de stabilité sur le marché congolais.

Pour que le projet du nouveau village intègre la volonté du gouvernement d'atteindre cet objectif, il faut que l'initiative privée s'arrime à cet effort en vue d'une véritable émergence de l'agriculture au Congo.

                              Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire