Google+ Badge

samedi 11 février 2012

Forum francophone préparatoire Rio+20 : le ministre Henri Djombo porte-parole de l'Afrique

Photo : Le ministre Henri Djombo.
Le ministre congolais du Développement durable, de l'économie forestière et de l'environnement est intervenu le 9 février à l'hôtel de ville et a rappelé que le continent africain avait déjà commencé à pratiquer le développement durable


Henri Djombo a présenté différentes mesures nécessaires à la réalisation de l'économie verte, qui à long terme permettra de créer « une nouvelle voie vers la croissance économique » en créant des emplois décents et en luttant contre la pauvreté. Avec des mots simples, le ministre a rappelé ce qu'était l'économie verte, en insistant sur le fait qu'elle « doit être universelle et prendre en compte les réalités des différents États, car chaque pays obéit à un contenu local et à la vision de son peuple. »

Pour les aspects pratiques relatifs à la réalisation de l'économie verte, le ministre a tenu à rappeler que, contrairement aux idées reçues, celle-ci était déjà en marche en Afrique : « Nous la pratiquons partout et depuis toujours. Aujourd'hui, il est question de rechercher des techniques nouvelles qui permettront de réduire les gaz à effet de serre qui intoxiquent l'atmosphère. Il existe énormément de secteurs qui pourraient être exploités en vue de la réalisation de cette économie. »

L'agriculture en Afrique constituant le premier facteur de déforestation et d'émission de carbone, Henri Djombo a proposé que soient mis en place des politiques de promotion d'une agriculture biologique. Le ministre a ajouté à cela la nécessité de transformer les produits sur place et de pratiquer le transfert de technologies entre partenaires économiques. À propos de l'hydraulique, le ministre congolais a rappelé que le continent africain disposait d'un important potentiel hydro-électrique encore inexploité faute de financements et de projets d'investissements.

En prenant le Congo pour exemple, il a plaidé pour le changement de mode de production par la construction de centrales électriques au gaz, qui réduisent la consommation de bois et limitent la destruction des forêts. Il a pointé du doigt la pratique du fumage du poisson, nocive à la santé et à l'environnement. « Cette pratique devant être améliorée, je lance un appel aux institutions des Nations unies comme la FAO qui pourraient mettre à profit des instruments plus appropriés, construits selon les normes respectueuses de l'environnement. »

Le ministre a également évoqué le problème du traitement des déchets, qui avec les points déjà soulevés, constitue des opportunités d'investissements à développer. « Ce sont des projets d'économie verte, des projets concrets qui génèrent des emplois importants. »

L'économie verte en pratique dans le Bassin du Congo

« Aujourd'hui, l'Afrique maîtrise la gestion des forêts. Il s'agit d'une gestion durable, car dans le Bassin du Congo les bois exploités sont certifiés. L'exploitation de la forêt est donc contrôlée et assure la préservation de la planète. C'est cela l'économie verte ! Il nous faut maintenant des projets et des activités alternatifs pour intéresser ceux qui n'ont pas le choix de vivre autrement que de la forêt », a poursuivi Henri Djombo, qui a tenu à préciser que « l'Afrique a dit oui à l'économie verte », relevant toutefois que tous les continents ne pouvaient courir à la même vitesse dans la quête du développement durable, car « il nous faut des formations appropriées, il nous faut mettre de l'argent public dans les projets environnementaux, créer des mesures incitatives fiscales et financer petits et grands investisseurs ».

Henri Djombo a de plus dénoncé certaines pratiques qui paralysent le dialogue international entre États. Selon lui, le but fixé ne peut être atteint si certains se complaisent à bloquer les négociations : « J'ai peur que cela ne se reproduise à Rio et qu'on ne soit enfermé dans un cycle de négociations interminables. Alors je me pose la question de savoir comment lutter contre les égoïsmes nationaux ? »

                              Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire