Google+ Badge

jeudi 5 janvier 2012

Éducation : une grève illimitée des enseignants à compter du 9 janvier

La décision a été prise le 5 janvier, lors d'un point de presse animé à l'issue de la session extraordinaire du conseil national de la Concertation pour la revalorisation de la profession d'enseignant (CRPE), plate-forme syndicale autonome des travailleurs de l'enseignement 

La mesure qui consiste à observer une grève illimitée sur toute l'étendue du territoire chez les enseignants, ne sera suspendue qu'en session du conseil national du CRPE, après satisfaction sur plusieurs revendications. Ces enseignants exigent de la part du gouvernement, la publication de tous les textes d'intégration harmonisés, bloqués depuis plusieurs mois à la direction générale du contrôle budgétaire de 5 000 enseignants.

Parmi les réclamations, l'on note également la publication de tous les textes de recrutement à la fonction publique des enseignants officiellement listés par le ministère de l'Enseignement général et technique, des Sports, concernant la campagne 2010-2011, le paiement sans retrait de la bourse des rappels de soldes d'activités des enseignants ex-appelés, ex-volontaires et ex-radiés, le paiement des primes et indemnités à tous les enseignants ainsi que le paiement effectif des effets financiers des avancements et autres promotions des enseignants.

L'ordre du jour de la session du conseil national du CRPE portait sur l'évaluation des activités menées par le bureau exécutif depuis la levée de la grève du 12 mars 2011, et la conduite à tenir pour celle du 9 janvier. Notons que lors de la session du comité national du dialogue social, il avait été prévu une discussion en janvier 2012, avec le ministre des Finances et son homologue de la Fonction publique, sur la question du retrait de bourse des enseignants au cours d'une session extraordinaire du comité. Interrogé à ce sujet, le coprésident du CRPE, Rémy Blaise Boumba, a indiqué : « Les enseignants avaient lancé un préavis de grève dès le 22 décembre, pour interpeller le gouvernement afin de prendre des décisions face aux revendications des enseignants, mais le constat est amer puisque rien n'est fait jusqu'à nos jours ».
« Lors de la session du comité national du dialogue social, l'ambiance n'était pas très bonne car les enseignants ont menacé de quitter la salle faute de l'incapacité du comité à prendre des décisions », a-t-il souligné.

                                    Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire