Google+ Badge

jeudi 19 janvier 2012

Postes et télécommunications : l'année 2012 placée sous le signe de la poursuite des chantiers et politiques structurants

Photo : Échange de vœux entre le ministre et l'administrateur général de Congo Télécom.


Maillage du territoire national en infrastructures de télécommunications, création imminente d'une Banque postale, réforme et développement de la poste, restructuration de Congo Télécom, voilà quelques projets essentiels annoncés pour l'année

L'information a été donnée le 17 janvier à Brazzaville par le ministre des Postes, des Télécommunications et des nouvelles Technologies de la communication, Thierry Moungalla, au cours de la traditionnelle cérémonie d'échange de vœux avec son personnel.

Évoquant la nécessité pour tous de cultiver, pour la réussite finale des projets, un esprit « de continuité, de constance et d'effort », le ministre a entamé son panorama par le projet Wacs (Western African Submarin Cable System), dont le câble sous-marin à fibre optique longe, depuis janvier 2011, les côtes de Pointe-Noire. Outre la finalisation de la station terminale appelée à recevoir les équipements, 2012 verra la poursuite de la pose, et donc d'arrivée, de la fibre optique terrestre à Brazzaville, en provenance de Pointe-Noire. Une mise en route technique pour cette année est à espérer, a dit Thierry Moungalla.

Le projet de création d'une Banque postale connaîtra cette année une avancée majeure, car, a précisé le ministre, « les actes préparatoires ultimes sont en effet en cours de réalisation ».

« Le secteur va donc se doter, et doter ipso facto notre pays, d'un outil bancaire de proximité, susceptible d'accélérer la bancarisation de nos compatriotes sur l'ensemble du territoire national, grâce à une utilisation optimale du réseau postal congolais », a-t-il souligné. Il a par ailleurs relevé l'accélération des réformes du secteur postal avec l'adoption, en 2012, du projet de réforme et de développement postal par le gouvernement.

Des évolutions importantes chez Congo Télécom

À la fois pour ses problématiques propres et l'arrivée de la fibre optique, l'opérateur public des télécommunications connaîtra une restructuration. Cette réforme, qui relève de la responsabilité du gouvernement, se fera en 2012 après une concertation de l'ensemble des acteurs concernés, engagée depuis décembre 2011. Elle est rendue nécessaire par un environnement de plus en plus concurrentiel.

Thierry Moungalla a souligné que cette restructuration répondait « aux instructions fermes » du président contenues dans la lettre de cadrage budgétaire de 2009 qui traduit en programme sa vision du Chemin d'avenir. Selon lui, cette réforme n'implique ni licenciements ni ajustement d'effectifs. « Restructurer veut dire, dans l'acception du Chef de l'Etat et donc du gouvernement, réorganiser Congo Télécom dans ses structures de commandement et de gestion, afin d'en améliorer le fonctionnement », a-t-il précisé.

Le ministre a enfin énoncé un certain nombre de projets destinés à parfaire l'environnement juridique, institutionnel et technologique de la société de l'information qui est en train de naître au Congo. Au nombre de ceux-ci, Télé-services, qui entre dans sa phase décisive et implique la communication diplomatique, l'éducation et la santé.

L'adoption de textes « cyberjuridiques » permettra, par ailleurs, de parfaire l'organisation institutionnelle, après l'adoption des lois importantes de 2009 réorganisant le secteur. Il s'agira également de les harmoniser avec les textes et engagements internationaux souscrits par le Congo avec la Communauté économique et monétaire de l'Afrique Centrale et la Communauté économique des États d'Afrique centrale, ainsi qu'avec les standards internationaux établis par les organismes pertinents en la matière, à l'instar de l'Union internationale des télécommunications et l'Union postale universelle.

                                 Par Jrang An@go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire